BFM Business

Bruxelles dresse le tableau d'une économie européenne à deux vitesses

Globalement les pays du Sud s'en tirent moins bien que leurs voisins anglo-saxons

Globalement les pays du Sud s'en tirent moins bien que leurs voisins anglo-saxons - -

La Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro, ce vendredi 22 février,avec une baisse du PIB de 0,3% et un chômage au-dessus des 12%. Certains pays sont toutefois bien moins lotis que d’autres.

C’est clairement une mauvaise nouvelle pour bon nombre d’observateurs. Alors que les entreprises guettent attentivement l’évolution de la croissance européenne pour prendre leurs décisions d’investissements, la Commission européenne a, ce vendredi 22 février, revu à la baisse sa prévision pour la zone euro.

En novembre, elle tablait encore sur un rebond très modeste pour l’union monétaire (+0,1%), pour 2013. Désormais, elle estime que le PIB européen va se replier de 0,3% en 2013. Il faudra attendre 2014 pour voir l’horizon s’éclaircir, avec une croissance de 1,4%.

Quant au chômage en zone euro, qui se situait à 11,7% au mois de janvier, il va poursuivre sa progression à 12,2% en 2013 avant de légèrement refluer à 12,1% en 2014.

"La faiblesse de l'activité économique à la fin de l'année 2012 se traduit par un point de départ bas pour cette année", a souligné la Commission ce vendredi. Cette dernière prévoit une amélioration "graduelle" au cours de l'année 2013. Un copier-coller des déclarations du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, au mois de janvier.

L'Europe du Sud sinistrée

Dans le détail, les prévisions pessimistes de la Commission européenne touchent plus durement les pays du Sud.

L’Espagne et la Grèce vont toutes les deux voir leur économie se replier sévèrement en 2013 avant de toutefois rebondir en 2014. Par ailleurs, Madrid louperait ses objectifs de déficits à 6,7% en 2013 et plus de 7% en 2014. Bien loin des prévisions du gouvernement de Madrid qui prévoit de ramener ce chiffre à hauteur de 3% de son PIB en 2014.

Mais, surtout, le chômage va encore augmenter dans ces deux pays, pour atteindre 26,9% en Espagne et 27,0% en Grèce. Les deux Etats sont les membres de la zone euro les plus touchés par le chômage.

Le Portugal devrait, lui, connaître une récession forte en 2013. La Commission européenne table sur -1,9% contre -1,0% auparavant.

Les pays anglo-saxons prennent le rythme la croissance

A l’inverse Bruxelles encourage l’Allemagne à revoir sa prévision de croissance…. à la hausse ! Le gouvernement allemand vise un objectif prudent de 0,4% de croissance pour 2013. La Commission table, elle, sur 0,5%. Et, comme souvent, Berlin resterait sur la voie de la vertu budgétaire : -0,2% de déficit public en 2013 et 0,2% en 2014.

Autre gagnant : le Royaume-Uni. Selon Bruxelles, qui n’a quasiment pas changé ses prévisions pour ce pays, la croissance va atteindre 0,9% en 2013 avant de frôler les 2% en 2014 !

Quant à l’économie irlandaise, elle devrait poursuivre avec succès son redressement, au prix toutefois d’un déficit toujours très fort (7,3%) mais moins élevé que lors des précédentes prévisions (-7,5%). De bon augure pour ce pays qui ne ne sera bientôt plus sous asssitance financière de la part de l'Europe et du FMI.

Julien Marion