BFM Business

Bruno Le Maire: La fermeture de Renault Sandouville est "une décision mauvaise pour la nation"

Sur BFM Business, le ministre de l'Economie est revenu sur la décision de justice qui a entraîné la fermeture de l'usine après une plainte de la CGT. Bruno Le Maire dénonce le comportement "de responsables syndicaux qui jouent avec le feu".

Jeudi dernier, le tribunal judiciaire du Havre a ordonné la fermeture de l'usine Renault à Sandouville. Une décision qui intervient après une procédure en référé déposée par la CGT le 24 avril. L'organisation syndicale, qui a donc obtenu gain de cause, estimait que les mesures sanitaires mises en place n'étaient pas suffisantes pour assurer la protection des salariés face au coronavirus sur le site. 

Cette décision est loin de faire l'unanimité au sein des syndicats et est dénoncée par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, qui était invité ce lundi sur BFM Business.

"Je regrette la décision de la CGT à Sandouville. C'est une décision qui est mauvaise pour Sandouville puisque Sandouville va perdre au minimum une semaine pour redémarrer. C'est une décision mauvaise pour Renault, alors que chacun sait que l'industrie automobile est aujourd'hui confrontée à de grandes difficultés. Et c'est une décision qui est mauvaise pour la nation française. Parce qu'au moment où on veut relocaliser des activités industrielles, dire aux chefs d'entreprises: 'installez-vous en France, ouvrez des usines en France', (...) je ne pense que ça soit le bon message à envoyer (...) tout ça pour des raisons qui me paraissent extraordinairement fragiles", a expliqué le ministre.

Sécurité des travailleurs

Et de dénoncer le comportement "de responsables syndicaux qui jouent avec le feu". Alors que l'usine avait repris le 28 avril grâce à un protocole sanitaire validé par la CFDT, CFE-CGC et FO, le tribunal judiciaire du Havre, saisi par la CGT, a condamné en référé Renault "à suspendre la reprise de la production" car celle-ci ne "permet pas d'assurer (...) la sécurité des travailleurs".

"Je considère que le dialogue social a été mené à Sandouville, et que les conditions de sécurité sanitaire étaient réunies pour rouvrir" le site, a ajouté Bruno Le Maire.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Bruno Le Maire en vidéo ici.

Olivier Chicheportiche