BFM Business

Brexit: "Londres est loin du compte sur les engagements financiers" selon Macron

Emmanuel Macron a estimé ce vendredi 20 octobre à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles consacré au Brexit, qu'il restait un effort important à faire de la part du Royaume-Uni sur les engagements financiers.

Les engagements financiers du Royaume-Uni liés à son divorce avec l'Union européenne ne sont pas suffisants pour le président français. Emmanuel Macron a estimé vendredi 20 octobre à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles principalement consacré au Brexit que le Royaume-Uni était "loin du compte" sur ses engagements financiers envers l'UE. Il a jugé qu'il restait "un effort important à faire de la part du Royaume-Uni" sur ce point, considéré comme une priorité par l'UE.

"Nous n'avons pas fait aujourd'hui la moitié du chemin", a ajouté Emmanuel Macron, qui a cependant noté "une bonne volonté britannique manifeste" ces dernières semaines dans les négociations du Brexit. "Le problème aujourd'hui de Theresa May, c'est que celles et ceux qui ont prôné le Brexit n'ont jamais expliqué au peuple britannique quelles en étaient les conséquences", a-t-il également affirmé.

La question de la facture du Brexit fait partie des trois dossiers érigés en priorité par l'UE pour organiser le divorce, avec le sort des expatriés et les conséquences de la séparation pour l'Irlande.

Un solde de tout compte évalué entre 60 et 100 milliards

Ce n'est qu'une fois que des "progrès suffisants" auront été constatés dans ces dossiers que les 27 accepteront d'ouvrir véritablement les négociations sur leurs relations futures. La question du règlement financier constitue l'un des principaux points d'achoppement.

Le solde de tout compte que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l'UE est officieusement évalué côté européen entre 60 et 100 milliards d'euros, selon les sources.

De son côté le président du Conseil européen Donald Tusk, a tenu à calmer le jeu. Les rumeurs d'un "blocage" dans les négociations sur les conditions du Brexit sont "exagérées"

Réunis à Bruxelles, les 27 dirigeants restant dans l'Union ont donné leur "feu vert" vendredi 20 octobre pour préparer en interne la deuxième phase des négociations. Cette dernière portera sur la nature de la future relation entre les deux parties, en particulier d'un point de vue commercial, ainsi que sur une éventuelle phase de transition après la date officielle du Brexit, le 29 mars 2019.

F.B avec AFP