BFM Business

Bornes Autolib: la Mairie de Paris passe à «l'open bar»

1000 bornes Autolib' de nouveau utilisables en décembre

1000 bornes Autolib' de nouveau utilisables en décembre - Thomas SAMSON / AFP

La Mairie de Paris vient d'annoncer la réactivation de 1000 bornes de recharge Autolib' à partir du 1er décembre. Des bornes actuellement désactivées. Pour en profiter il faudra apposer sur son pare-brise une nouvelle vignette.

Depuis l'arrêt du service Autolib' les 3200 bornes de recharge parisienne ( et les 3000 autres en île-de-France) ont été désactivées. Le logiciel qui les faisait fonctionner appartient toujours au Groupe Bolloré. (La ville à bien récupéré les bornes mais pas le système d'exploitation). Une situation qui à mis en difficulté les 13 000 particuliers et les 7 000 professionnels parisiens qui rechargeraient, régulièrement, leurs véhicules sur ces bornes. 

Dans l'absolu, elles auraient pu rester activées. Le logiciel étant surtout nécessaire à la gestion technique (facturation, état du parc, remontée des données de consommation...). Mais pas question pour la mairie, à l'époque, de distribuer de l'électricité gratuite.

Changement de stratégie

A partir du 1er décembre, 1000 bornes vont être réactivées. Pour recharger son véhicule il faudra apposer sur son pare-brise un macaron. Inscription en ligne et 10 euros par mois pour une recharge illimitée. Pas de carte, pas de code. Aux agents de surveillance de la ville de vérifier la présence effective du macaron dans le véhicule et de verbaliser le cas échéant.

Un autre chantier se profile

Si cette solution est présentée comme provisoire, parallèlement, une réflexion plus large est engagée. Faut-il développer un nouveau logiciel qui viendrait remplacer celui du groupe Bolloré ? Et/ou remplacer les bornes actuelles par des plus puissantes ? (Les bornes Autolib sont en recharge lente 3kw).

La Mairie de Paris assure que des appels d'offres sont sur le point d'être lancés mais ne précise pas encore pas la solution qui pourrait être retenue. 

En attendant une solution définitive, certains jugent la mesure insuffisante car les 1000 bornes pourraient bien être prise d’assaut ! Entre les particuliers, les professionnels, et bientôt les flottes de véhicules électriques en libre service , une autre forme d'embouteillage est à craindre.