BFM Business

Berlin relève sa prévision de croissance, mais mise toujours sur l'austérité

L'Allemagne se fixe toujours comme priorité la consolidation budgétaire.

L'Allemagne se fixe toujours comme priorité la consolidation budgétaire. - -

Le ministre allemand de l'économie, Philipp Rösler a annoncé, ce jeudi 25 avril, que le gouvernement a relevé sa prévision de croissance pour cette année, à 0,5%. Mais Berlin se fixe toujours le sérieux budgétaire comme priorité et appelle ses voisins à faire de même.

Alors que le débat entre austérité et croissance bat son plein en Europe, l'Allemagne s'est montrée un peu plus optimiste, ce jeudi 25 avril. Le gouvernement allemand a ainsi décidé de relever légèrement sa prévision de croissance pour 2013, de 0,4% à 0,5%, comme l'a annoncé Philipp Rösler, le ministre de l'économie, sur son compte Twitter.

"La conjoncture s'améliore et le chômage chute", ajoute-t-il dans son court message de 140 caractères. La prévision de croissance pour 2014 reste toutefois inchangée, à 1,6%.

Können optimistisch in Zukunft schauen. #Konjunktur zieht an, Arbeitslosigkeit sinkt. Prognose BIP 2013: 0,5%, 2014: 1,6% #bmwi
— Philipp Rösler (@philipproesler) 25 avril 2013

Un chiffre inférieure à la prévision des FMI

Cette bonne nouvelle reste malgré tout à nuancer. En augmentant de 0,1% sa prévision, le gouvernement allemand se cale sur celle de la Commission européenne. Mais il reste frileux, vu que les quatre grands instituts allemands de conjoncture tablent en moyenne sur un taux de croissance de 0,8% et le FMI sur 0,6%.

En faisant preuve de prudence, l'Allemagne n'enverrait-elle pas un message à ses voisins européens? De plus en plus de voix s'élèvent pour demander à Berlin de prendre des mesures pour relancer sa demande intérieure et soutenir la croissance au niveau européen. Les pays en excédent commercial, doivent "soutenir leur demande intérieure pour apporter un soutien direct à la croissance", de l'Europe, déclarait ainsi François Hollande, lors du Sommet européen de mars dernier.

Mais, pour le moment, le gouvernement d'Angela Merkel, reste sur sa ligne qui est celle du sérieux budgétaire. Philipp Rösler a encore rappelé, ce jeudi, que "la priorité du gouvernement est la consolidation budgétaire".

"Nous savons que Paris fait tout son possible"

Au passage le ministre a mis en garde les voisins européens qui souhaiteraient prendre leur distance avec la rigueur: "Toute Etat-membre de l'Union européenne susceptible d'assouplir sa position sur la consolidation est source d'inquiétude".

Mais pas question pour Philipp Rösler d'épingler Paris. "Nous savons que la France fait tout son possible en matière de consolidation", a-t-il déclaré.

A lire également:

>> Ces pays européens qui disent "non" à l'austérité

Julien Marion