BFM Business

Avec 7,8% de croissance, ce pays de la zone euro fait mieux que la Chine

Vue de Dublin depuis le fleuve Liffey.

Vue de Dublin depuis le fleuve Liffey. - AFP-Peter-Muhly

"L'Irlande voit sa situation économique et financière s'améliorer sensiblement après un drastique plan de sauvetage imposé par l'Union européenne. Sa croissance progressait déjà de 4,8% en 2014."

L’Irlande a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 7,8% en 2015, selon l'Office central des statistiques irlandaises. C'est mieux que la Chine, dont la croissance s'est établie à 6,9% l'an dernier. L'Irlande était déjà championne d’Union européenne de la croissance en 2014, avec un PIB en progression de 4,8%.

L’année dernière, l'économie de l'ex-"tigre celtique" a été soutenue par un bond de la production industrielle (+13,7%) et de l'activité dans le secteur de la construction (+8,8%), les secteurs des transports, de la communication et de l'agriculture connaissant eux aussi des taux de croissance bien supérieurs à 5%.

Les secteurs de la technologie et de la pharmacie y sont particulièrement dynamiques, l’Irlande profitant par exemple de la présence du siège européen de Google. Et les entreprises irlandaises, implantées sur et en dehors du territoire de l’île, affichent aussi globalement de bonnes performances. Le Produit national brut (PNB) a ainsi crû de 5,7% en 2015, un rythme qui ferait pâlir d'envie les autres pays européens. L'Irlande a par ailleurs enregistré une forte hausse de sa demande intérieure (+9,3%), notamment du côté des entreprises, et une vigoureuse progression de ses exportations (+13,8%).

À nouveau indépendante financièrement depuis 2013

Mais le pays revient de loin. Son PIB, qui permet de mesurer la richesse créée par les entreprises sur le territoire national, avait fortement chuté en 2009, de l’ordre de 7%, après -3% en 2008. L’économie irlandaise – reposant de manière importante sur l’activité du monde de la finance-, subissait alors de plein fouet la crise financière débutée en 2007. En 2010, la situation budgétaire était si mauvaise que ses représentants politiques avaient du signer un plan de sauvetage de 85 milliards d’euros avec l’Union européenne (Commission européenne et BCE) et le Fonds monétaire international en 2010, prélude à trois années de cure d’austérité pour les Irlandais.

Dublin a retrouvé son indépendance économique et financière en décembre 2013, date depuis laquelle son gouvernement a commencé à desserrer la rigueur budgétaire. Reste à voir si le pays retrouvera durablement son dynamisme des années 1990 et début 2000.

A.R. avec AFP