BFM Business

Aux Etats-Unis les entreprises anticipent la sortie de la Grèce de l'euro

Si la Grèce sort de l'euro, la banque Merril Lynch envisage d'acheminer des camions remplis d'argent liquide à la frontière grecque

Si la Grèce sort de l'euro, la banque Merril Lynch envisage d'acheminer des camions remplis d'argent liquide à la frontière grecque - -

D’après le New York Times, certaines sociétés américaines se tiennent prêtes en cas de sortie de la Grèce de la zone euro. Elles multiplient les préparatifs pour ne pas se laisser surprendre au cas où l’hypothèse se réaliserait.

Un article publié dans le New York Times, lundi 3 septembre, détaille les stratégies anticpées par certaines sociétés américaines pour faire face à l'éventualité d'une sortie de la Grèce de la zone euro.

Une hypothèse de travail, très sérieusement envisagée par Bank of America Merril Lynch, consiste à acheminer des camions remplis d’argent liquide à la frontière grecque. En effet, la banque américaine considère que l'argent liquide risque de manquer en Grèce dans les premiers jours de l'éventuel abandon de la monnaie européenne.

Ainsi, il faudra que la banque aide ses clients à payer leur personnel et leurs fournisseurs. Selon le New York Times, d'autres banques étudient la possibilité d'envoyer des passeurs qui arriveraient en train à Athènes avec 50 000 euros en liquide.

Toujours selon le quotidien américain, l'autre grande difficulté sera de s'adapter à la nouvelle monnaie grecque qui viendrait remplacer l'euro. Le géant automobile Ford prépare déjà ses ordinateurs pour pouvoir faire face à un tel scénario.

"La Grèce, le jour d'après"

D’autres entreprises comme Mastercard et Visa considèrent qu’elles pourraient, en cas de nouvelle monnaie grecque, réagir en seulement quelques heures. Enfin des sociétés de conseil se sont même spécialisées sur la thématique "la Grèce, le jour d'après", ou "la Grèce, un samedi". En effet, elles sont persuadées qu'une sortie de la zone euro ne pourrait être annoncée qu'un vendredi soir alors que les les marchés sont fermés.

Jean Bernard Cadier et BFMbusiness.com