BFM Business

Allemagne: la croissance marque un coup d'arrêt au 2e trimestre

Les prévisions pour la croissance allemande en 2014 restent pour l'instant entre 1,7 et 1,9%.

Les prévisions pour la croissance allemande en 2014 restent pour l'instant entre 1,7 et 1,9%. - Daniel Roland - AFP

Selon l'Office fédéral des statistiques allemand ce 14 août, le PIB est en baisse de 0,2% au deuxième trimestre. Une contre-performance liée à la crise en Ukraine.

L'économie française n'est pas la seule à flancher. Le produit intérieur brut de l'Allemagne est en croissance négative, à -0,2% au deuxième trimestre.

L'Office fédéral des statistiques, Destatis, explique ce jeudi 14 août cette perte de vitesse par la contribution "négative" du commerce extérieur. La crise ukrainienne aurait notamment joué un rôle, puisque les exportations vers la Russie sont essentielles à l'économie allemande.

La croissance au premier trimestre a également été revue à la baisse, à 0,7% contre 0,8% précédemment. Paradoxalement, cette bonne performance au premier trimestre expliquerait en partie la contre-performance au second trimestre, selon Destatis. Après un démarrage en fanfare grâce à l'hiver clément du début d'année, l'Allemagne ne pouvait pas tenir le rythme au deuxième trimestre.

La production industrielle en baisse

Si les observateurs ne s'attendaient pas à une baisse aussi forte, l'économie allemande montre des signes de faiblesse depuis plusieurs semaines. La Bundesbank avait d'ailleurs annoncé de longue date un ralentissement de la croissance.

La production industrielle du pays n'a progressé que de 0,3% (contre 1,3% attendu par les analystes), et les commandes à l'industrie ont baissé de 3%. Les investissements des entreprises ont également subi un coup d'arrêt. 

L'Allemagne est toutefois loin de la déflation: en rythme annuel le PIB est en hausse de 0,8% au deuxième trimestre 2014, précise Destatis. Les principales institutions nationales et internationales tablent pour le moment sur une croissance du PIB comprise entre 1,7% et 1,9% en 2014.

Joseph Sotinel avec AFP