BFM Business

Alain Lambert: "Cela fait 35 ans que les gouvernements français sont laxistes"

Alain Lambert, ex-ministre du Budget a livré ses solutions à BFMBusiness.com

Alain Lambert, ex-ministre du Budget a livré ses solutions à BFMBusiness.com - -

Le sénateur centriste de l'Orne et ancien ministre du Budget estime qu'une simple stabilisation de la dépense publique serait un soulagement pour le pays. Entretien.

Vous écrivez, sur votre blog, qu'il est possible de vivre avec 3% de dépenses publiques en moins. Où faut-il faire des coupes?

Le seul moyen, c’est la stabilisation en valeur –et non en volume- de notre niveau de dépenses. Il faut qu’en 2013, il ne soit pas dépensé plus qu’en 2012. La dépense publique représente environ 1.100 milliards d’euros, n’est-il pas possible de trouver 30 milliards d’économie?

Il y a simplement une superposition des trois administrations qui composent l’Etat. Les dépenses liées à l’Etat lui-même représentent 30% du total, la Sécurité sociale 50%, et les collectivités 20%. Le problème, c’est qu’il existe des doublons invraisemblables.

Pourquoi ne pas l'avoir fait lorsque vous étiez aux affaires?

Je l’ai fait, mais seulement pour les dépenses de l’Etat. La Sécu et les collectivités sont autonomes, ce à quoi je ne suis pas favorable. Lorsqu’on va rendre des comptes à Bruxelles, on présente un seul déficit, non?
En ce qui concerne les autres dépenses, globalement, cela fait 35 ans que les gouvernements successifs se sont montrés laxistes. Donc cela ne date pas d’hier !

Après un an de présidence, comment jugez-vous la politique budgétaire de François Hollande ?

Lorsqu’on regarde les dépenses publiques, le fait est qu’elles ont augmenté. Et les réductions des déficits ne sont liées qu’à des impôts supplémentaires.
On pourrait régler beaucoup de choses, simplement en stabilisant les dépenses, cela donnerait en plus l’impression que le pays est piloté.
Mais il faut être honnête: on ne peut pas lui reprocher en même temps de pratiquer l’austérité et de dépenser trop pour la croissance.

Yann Duvert