BFM Business

Affaire Cahuzac: la liste des politiques fraudeurs n'existe pas

Pierre Condamin-Gerbier n'aurait pas de liste

Pierre Condamin-Gerbier n'aurait pas de liste - -

L'ex-banquier de la banque Reyl aurait menti. Il ne détiendrait pas de liste de personnalités politiques françaises ayant un compte non-déclaré en Suisse, selon son avocat qui a donné un entretien à l'Agefi ce vendredi 16 août.

Retournement de situation dans l'affaire des comptes en Suisse. Les personnalités politiques françaises vont, semble-t-il pouvoir souffler. Dans un entretien à l'Agefi, ce vendredi 16 août, Me Edmond de Braun, avocat de l'ex-banquier français Pierre Condamin-Gerbier, dévoile que son client n'aurait pas la fameuse liste d'hommes et femmes politiques français ayant un compte non-déclaré en Suisse.

"Cette liste n'a jamais existé. (M. Condamin-Gerbier) a utilisé cet argument pour faire taire les menaces dont il faisait l'objet à l'époque", a déclaré l'avocat suisse, qui a été commis d'office.

L'ancien banquier "reconnaît maintenant que c'était un moyen de pression très maladroit", ajoute-t-il.

Pris en tenailles entre la France et la Suisse

L'ancien cadre de la banque genevoise Reyl & Cie avait pourtant dit le contraire devant le Sénat français début juillet et indiqué avoir remis cette liste à la justice française. Une perquisition, fin juillet, au siège parisien de la banque suisse Reyl lui donnait également raison.

Pierre Condamin-Gerbier avait affirmé en juin devant une commission du Sénat disposer d'une liste de noms de Français détenant un compte en Suisse, affirmant qu'elle comportait "une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres. Cette liste a été transmise le 2 juillet à la justice française, avait-il ajouté.

Selon l'avocat, tout a commencé avec un article du journal Le Monde que Pierre Condamin-Gerbier a jugé "diffamatoire". "Il a voulu rectifier dans d'autres médias ce qui était écrit sur lui, et s'est perdu dans cette démarche sans issue. C'est la pire chose qu'il pouvait faire".

Selon son avocat, Pierre Condamin-Gerbier "a le sentiment d'avoir été floué par les médias et par certaines autorités".

"On lui avait assuré que son témoignage devant le Sénat serait à usage interne, or il a été révélé au public", et pour l'avocat, l'homme se "sent pris au milieu de tensions entre la Suisse et le France".

Diane Lacaze & AFP