BFM Business

Accueil des réfugiés: une facture de 10 milliards d'euros pour Berlin?

Des réfugiés à l'intérieur d'une gare de Munich

Des réfugiés à l'intérieur d'une gare de Munich - Christof Stache - AFP

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung estime que le coût total de l'accueil des demandeurs d'asile pour l'Allemagne va être multiplié par quatre cette année. De son côté Angela Merkel a, elle, répété vouloir maintenir un budget en équilibre, malgré les dépenses supplémentaires.

Alors que l'Europe fait face à l'une des plus graves crises humanitaires de son histoire, certains sortent la calculette. C'est ainsi que le quotidien conservateur allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) évalue, dans son édition à paraître dimanche, le coût total de l'accueil des demandeurs d'asile pour l'Allemagne à 10 milliards d'euros pour 2015, soit quatre fois plus qu'en 2014.

La hausse de budget estimée par la FAZ est proportionnelle à celle du nombre de migrants enregistrés sur le sol allemand: 800.000 hommes, femmes et enfants devraient demander l'asile en 2015, contre 203.000 l'an dernier, avait annoncé Berlin cet été.

12.000 à 13.000 euros par réfugiés

Avant que le gouvernement allemand ne relève ses prévisions, il avait prévu lors d'un sommet sur les réfugiés tenu en juillet un budget de 5,6 milliards d'euros cette année pour l'accueil de 450.000 personnes, rappelle le quotidien conservateur. Avec la nette accélération des entrées sur le sol allemand, un chiffre de 10 milliards d'euros semble désormais "cohérent" aux différentes administrations du pays, au niveau fédéral, régional ou communal, explique le journal.

L'Etat évalue à 12.000 à 13.000 euros par personne le coût annuel de la prise en charge des réfugiés par les communes, intégrant l'hébergement pendant l'examen de la demande d'asile, les repas, le suivi médical et les 143 euros mensuels d'argent de poche.

S'y ajoutent un demi-milliard d'euros pour les postes supplémentaires d'enseignants payés par les Etats régionaux, ainsi que l'embauche de 2.000 employés supplémentaires par l'Office fédéral de l'immigration et des réfugiés et les renforts policiers, pour un montant non précisé.

Merkel vise toujours l'équilibre budgétaire

Au-delà des estimations du FAZ, la chancelière allemande Angela Merkel a elle tenu à faire taire les sceptiques. En dépit des surcoûts liés à l'accueil des migrants, pas question de rompre avec le sérieux budgétaire.

"Nous devons sans cesse reconsidérer les priorités" mais "nous ne pouvons nous contenter de dire: comme une tâche difficile nous incombe, l'équilibre budgétaire ou la question de la dette n'ont plus d'importance", a-t-elle déclaré lors de son message vidéo hebdomadaire.

"Ce que nous dépensons aujourd'hui en trop, par rapport à nos recettes, représente autant d'argent retiré aux générations futures", a insisté Angela Merkel, dans un pays où discipline budgétaire et démographie atone vont de pair dans les discours.

J.M. avec AFP