BFM Business

35h: Sapin ironise sur la proposition de Macron

Michel Sapin et Emmanuel Macron lorsqu'ils étaient colocataires à Bercy

Michel Sapin et Emmanuel Macron lorsqu'ils étaient colocataires à Bercy - Patrick Kovarik - AFP

Le ministre de l'Économie et des Finances a ironisé sur une des propositions de son ex-collègue à Bercy, qui suggère de permettre aux jeunes de travailler plus que 35 heures par semaine.

C'est une passe d'armes entre deux anciens colocataires à Bercy. Ce lundi 14 novembre, le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin a critiqué l'une des propositions formulées par Emmanuel Macron sur les 35 heures.

Dans une interview à l'Obs publiée la semaine dernière, le fondateur d'En Marche!, en passe d'officialiser sa candidature à l'élection présidentielle, dévoilait ses propositions sur le plan social. Il préconisait notamment d'adapter le temps de travail, en fonction de l'âge.

La réponse de Ferrand

"Il faut (...) s'adapter aux individus. On peut ainsi imaginer que les branches professionnelles négocient une possibilité pour les salariés qui le souhaiteraient de travailler moins à partir de 50 ou 55 ans: 30, 32 heures, pourquoi pas ? En revanche, quand on est jeunes, 35 heures, ce n'est pas long (...) Quand on est jeune, 35 heures ce n'est pas assez. On veut travailler plus, on veut apprendre son job", explique Emmanuel Macron.

Une mesure qui a fait réagir Michel Sapin ce lundi 14 novembre. "J'ai compris que, dans ses propositions, les jeunes devraient être moins payés que les vieux et travailler plus que les vieux. Chacun pourra juger. Quand on commence à rentrer dans le concret, cela permet à chacun de porter un jugement sur autre chose que la seule qualité du sourire", se moque Sapin dans une interview aux Échos.

Le député Richard Ferrand, secrétaire général d'En marche!, a vivement réagi sur Twitter à cette attaque. "On savait que Sapin ne comprenait pas tout. La nouveauté est qu'il nous le confirme sur le mode bête, méchant et parfaitement inutile", a-t-il taclé.

J.M. avec AFP