BFM Business

2 salariés français sur 3 jugent "inadapté" l'actuel code du travail

Les Français et le gouvernement s'accordent sur la nécessité de réformer le code du travail, pas sur la façon de le faire.

Les Français et le gouvernement s'accordent sur la nécessité de réformer le code du travail, pas sur la façon de le faire. - Fred Tanneau - AFP

Mais, selon un sondage OpinionWay publié ce mercredi, ils sont aussi 68% à craindre que leur employeur profite de la réforme engagée par le gouvernement pour réduire leurs droits si le futur code du travail laisse une place prépondérante aux accords d'entreprise.

Sur le principe, plus de la moitié des Français partagent la conviction du gouvernement selon laquelle il faut réformer le code du travail. Ils sont 63%, à estimer que son contenu est inadapté au monde d'aujourd'hui, selon une enquête OpinionWay publiée ce mercredi. Seules 35% des personnes interrogées estiment le contraire, parmi lesquelles 6% le jugent "tout à fait" en adéquation avec le monde du travail.

Pour autant, la plupart des sondés ne se montrent pas convaincus par les changements que le gouvernement veut apporter par ordonnances au livre rouge. Ainsi, ils sont 68% à craindre que leur employeur en profite pour réduire leurs droits si le futur code du travail laisse une place prépondérante aux accords d'entreprise.

Perte de confiance dans les syndicats

En outre, ils ne sont pas convaincus de l'utilité de faciliter les licenciements. 64% des personnes interrogées estiment qu'une telle mesure n'incitera par les entreprises à embaucher. Ils sont tout aussi nombreux à désapprouver le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de litige pour licenciement injustifié, comme le prévoit la réforme du code du travail.

-
- © -

Par ailleurs, les salariés français redoutent visiblement les différences entre branches et entreprises qui pourraient naître de la primauté accordée aux accords au sein de ces mêmes branches et entreprises. 29% des sondés estiment ainsi que le code du travail est l'élément le plus protecteur pour eux, loin devant les accords de branche (20%), les représentants du personnel (15%) ou les syndicats au sein de l'entreprise (12%).

Le code du travail, une garantie d'équité

"La prééminence de l’accord d’entreprise voulue par la réforme devrait donc créer un stress, le code garantissant dans l’esprit du salarié une forme d’équité, car il est le même pour tous", souligne le sociologue d'OpinionWay, Ronan Chastellier, qui note en outre "la perte de confiance des salariés dans leur syndicats". Pour la moitié des personnes interrogées, les mieux à même de représenter l'ensemble des salariés dans l'entreprise sont les salariés eux-mêmes, loin devant les représentants du personnel (35%) et les délégués syndicaux (14%).

À une très large majorité -80%- les salariés français pensent que les règles devraient être les mêmes dans le secteur public et dans le privé. Ceux du privés "considèrent que c’est une grande anomalie, un secteur déconnecté, pas dans le réel, mieux protégé… Ils y voient une injustice flagrante", relève Ronan Chastellier. D'ailleurs les deux tiers des salariés du public, sont, eux aussi, favorables à des règles communes.

Enquête réalisée en ligne entre le 16 et le 19 août 2017 auprès de 1.014 salariés de 18 ans et plus selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,5 à 3 points.

N.G.