BFM Business

1 cadre sur 4 voit en la présidentielle une "source d'espoir économique"

56% des sondés disent que leurs collaborateurs ne sont "pas motivés", dont 10% sont même "pas motivés du tout".

56% des sondés disent que leurs collaborateurs ne sont "pas motivés", dont 10% sont même "pas motivés du tout". - samuel Zeller - CC

Plus de 6 cadres sur 10 estiment que la conjoncture économique est assez mauvaise. L'élection qui s'annonce ne leur redonne pas le moral: 49% d'entre eux trouvent que la "campagne présidentielle qui s’ouvre est surtout une source d’inquiétude économique", selon le baromètre Éco–Viavoice réalisé pour HEC Paris, L’Express, L’Expansion et BFM Business.

Les cadres ne sont pas les plus durement frappés par la crise, leurs perspectives d'emploi et de salaires ne cessent de s'améliorer. Pourtant, ils continuent d'avoir des craintes sur leur avenir. 50% des cadres pensent que leur situation financière va rester stationnaire, selon le baromètre Éco mensuel Viavoice réalisé pour HEC Paris, L’Express, L’Expansion et BFM Business publié ce jeudi 29 septembre (1). 28% d'entre eux pensent qu'elle va se dégrader. Le camp des pessimistes s'est néanmoins nettement rétréci en un an: en septembre 2015, 37% des sondés anticipaient une dégradation de leur situation financière.

-
- © -

Les cadres ne misent pas non plus sur les mois à venir pour obtenir une promotion: 80% pensent que les opportunités de faire progresser leur carrière seront faibles. L'ambiance au sein de leur entreprise ne s'annonce pas non plus réjouissante: 56% des sondés disent que leurs collaborateurs ne sont "pas motivés", dont 10% sont même "pas motivés du tout". Même si le taux reste élevé, le baromètre note une légère amélioration depuis le début de l'année, où la proportion des cadres à trouver leur équipe démotivée était de 60%. Ils estiment à 44% que la conjoncture économique pour leur entreprise est assez mauvaise, voire très mauvaise pour 8% d'entre eux. Tandis que 37% tablent sur des jours plus heureux pour leur business, avec des perspectives "assez bonnes".

Pas le même impact que l'élection de 2007

Les sondés sont 60% à trouver que la conjoncture économique de la France est mauvaise. L'élection présidentielle, et ses perspectives de changement, ne semble pas leur redonner foi en l'avenir économique de la France.

49% des cadres estiment que la campagne présidentielle qui s’ouvre est surtout une "source d’inquiétude économique". "Le résultat est surprenant, un quart des cadres seulement estime que cette campagne électorale qui s'ouvre constitue pour eux une source d'espoir", explique François Miquet-Marty, président de Viavoice. Une situation bien différente de la présidentielle de 2007. La campagne électorale avait considérablement fait progresser le moral des cadres, dont l’indice avait atteint le plus haut niveau de son histoire: Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou François Bayrou offraient à leurs électorats des promesses de renouveau. La croissance économique était également au rendez-vous.

Les cadres ne trouvent pas de réponses à leurs attentes

"Aujourd'hui on n'a ni l'un ni l'autre. On a des candidats qui ne suscitent pas un crédit aussi important qu'en 2007, des propositions qui paraissent parfois décalées, y compris sur le thème économique, comme celle sur la baisse des charges, c'est important mais cela ne suffit pas", détaille François Miquet-Marty.

"L'ensemble des mutations économiques qui intéressent justement les cadres, nous en sommes souvent très loin. Les cadres dans les PME sont inquiets et sont en demande de solutions très pragmatiques, sur ce que l'on va faire demain. Ils ne trouvent pas toujours la réponse à leurs attentes", poursuit le président de Viavoice. Quant aux cadres des grandes entreprises, qui ont besoin de réflexion stratégique sur le moyen terme, ils n'ont pas davantage d'éléments de réponses.

(1) Sondage effectué entre le 2 et 5 septembre sur un échantillon de 400 personnes représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine.

C.C.