BFM Business

Des ONG demandent à l'ONU de ne plus travailler avec le groupe Bolloré

Vincent Bolloré.

Vincent Bolloré. - Eric Piermont - AFP

Des organisations accusent la société Socfin, dont le groupe Bolloré est le deuxième actionnaire, de violer les principes des Nations unies.

Quarante organisations de la société civile (ONG et fondations), installées dans plusieurs pays, ont signé une lettre ouverte pour demander à l'ONU et ses agences de rompre leurs contrats avec le groupe Bolloré, qu'elles accusent de violer les principes des Nations unies, selon un communiqué. "Le groupe Bolloré est un sous-traitant majeur des Nations unies" et reçoit à ce titre au moins 50 millions de dollars chaque année pour des contrats de logistique et de services, a calculé le Oakland Institute, un think tank basé aux Etats-Unis.

Les organisations signataires, dont Grain ou la Coalition mondiale des forêts, accusent la société Socfin, dont le groupe Bolloré est le deuxième actionnaire (38,75%) d'encourager l'accaparement de terres en Afrique et de violer les droits humains. Cette société dont le siège est au Luxembourg, vgère des plantations de palmiers à huile et d'hévéas. Les organisations signataires rappellent également les accusations dont fait l'objet le groupe Bolloré concernant le processus d'attribution de concessions portuaires sur le continent.

Le groupe qui contrôle le géant des médias Vivendi est notamment soupçonné d'avoir utilisé les activités de conseil politique de sa filiale Havas afin de décrocher la gestion des ports de Lomé au Togo et de Conakry en Guinée via une autre de ses filiales, Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV. Si les mises en examen de Vincent Bolloré et de son groupe ont été annulées en 2019 pour cause de prescription des faits en Guinée, le groupe Bolloré a accepté en février dernier de reconnaître sa culpabilité dans le volet togolais de l'affaire, via une Convention judiciaire d'intérêt public (CJIP).

Amende de 12 millions d'euros

Le groupe a payé une amende de 12 millions d'euros, tandis que Vincent Bolloré et deux autres cadres de l'entreprise, dont la reconnaissance de culpabilité n'a pas été homologuée par la juge lors de l'audience, vont désormais voir leur dossier dans cette affaire renvoyé à un juge d'instruction.

"Le fait que les services, agences et programmes des Nations unies fassent affaire avec le groupe Bolloré apparaît comme une violation flagrante du code de conduite des fournisseurs des Nations unies, des principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme et de l'accord signé avec le groupe dans le cadre du Pacte mondial des Nations unies", écrivent les organisations signataires de la lettre ouverte. Le groupe Bolloré n'avait pas répondu ce mardi aux sollicitations de l'AFP.

J. Br. avec AFP