BFM Business

Déficit: pour 6 Français sur 10, Macron n’atteindra pas l’objectif des 3% en 2017

61% des Français estiment que Macron n'atteindra pas l'objectif des 3%

61% des Français estiment que Macron n'atteindra pas l'objectif des 3% - Etienne LAURENT / POOL / AFP

Selon le baromètre Odoxa pour BFM Business, Aviva et Challenges, "l'insincérité" des comptes publics révélée par la Cour des comptes a impacté le moral économique des Français. Lesquels peinent à croire à un retour du déficit en-dessous des 3% du PIB cette année.

Le récent rapport de la Cour des Comptes révélant des insincérités dans le budget du gouvernement sortant a douché le moral économique des Français. C’est en tout cas ce que révèle le baromètre Odoxa* pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances.

L’indice de confiance en l’avenir de la situation économique reste, certes, toujours dans le vert (55% des Français se déclarent confiants), mais il perd 6 points par rapport au mois dernier (de +16 points à +10 points). Les sympathisants de gauche sont même moins de la moitié (49%) à se dire plutôt confiants. 

Et naturellement, le pouvoir en place fait les frais des annonces de la Cour des Comptes. Au point que 61% des personnes interrogées estiment qu’Emmanuel Macron n’atteindra pas l’objectif d’un déficit de moins de 3% du PIB cette année. Seuls les sympathisants d’En Marche semblent réellement y croire (69%).

61% des Français pensent que Macron ne parviendra pas à réduire le déficit sous la barre des 3%.
61% des Français pensent que Macron ne parviendra pas à réduire le déficit sous la barre des 3%. © Odoxa

Les Français préconisent la vente de certaines participations de l’État

Le constat est d’autant plus préoccupant que les Français appréhendent la question du déficit comme un thème essentiel. Ils sont 69% à affirmer qu’un non-respect de l’objectif de moins de 3% du PIB serait grave pour la France. Les sympathisants de droite sont encore plus alarmistes (81%).

Pour pallier les difficultés budgétaires, 69% des personnes interrogées préconisent de mettre en vente des participations de l’État dans des entreprises non stratégiques, tandis qu’ils sont 68% à se dire favorables au report de la réforme de l’allègement de l’ISF. Le renoncement provisoire à l’augmentation des crédits pour la Défense (48%), le report des créations de postes prévues dans l’éducation (34%) ou la réduction des dotations aux collectivités locales (30%) remportent une plus légère approbation.

Les Français majoritairement favorables à la vente de certaines participations de l'État
Les Français majoritairement favorables à la vente de certaines participations de l'État © Odoxa

*Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1012 personnes représentatives de la population française et interrogées par Internet les 28 et 29 juin 2017. 

P.L avec AFP