BFM Business

Déconfinement: la ruée sur les palettes crée une pénurie et provoque une hausse des prix de 40%

Avec le déconfinement, la demande de palettes explose et les prix grimpent avec la hausse des matière première, le bois et les clous. Les industriels craignent déjà une pénurie.

Avec la réouverture des magasins, des bars et des restaurants en terrasses, les palettes deviennent une denrée rare. Certains en ont besoin pour recevoir leurs commandes, d'autres pour créer des terrasses éphémères. Les fabricants de palettes font face depuis plusieurs semaines à une demande exponentielle et déjà, les spécialistes de la logistique craignent une pénurie.

"Les palettes, c’est le baromètre de l’économie, quand l’économie freine, on est les premiers à freiner. Quand ça redémarre, on redémarre avant les autres. Sans palettes, il n’y a plus de marchandises et tout s’arrête", déclare à BFM Business Irène Barronier, dirigeante de Barronier Palettes du Lyonnais.

En effet, ces accessoires rudimentaires habituellement encombrants sont au cœur de la logistique. Ils sont indispensables pour manipuler, stocker, livrer. Fait de bois d'entrée de gamme et de clous, les palettes souffrent en plus de l'augmentation des prix des matières premières causés par une demande en forte hausse. À tel point, comme en témoigne Irène Barronier, que "dans certaines régions de France, on manque cruellement de bois".

Un phénomène mondial

Barronier Palettes du Lyonnais admet qu'il a répercuté ces hausses du prix du bois et des clous...de 20 à 30 centimes par palette. Et le phénomène est mondial. Il y a environ 5 milliards de palettes utilisées dans le monde dont 90% en bois. Le cours de la palette, suivi de près par les transporteurs est ainsi passé de 10 dollars il y a un an à plus de 15 dollars aujourd'hui. Selon les experts, il pourrait continuer de monter.

En effet, le bois utilisé est passé en un an de 530 dollars à 635 dollars par 300 mètres carrés de planches. Le prix des clous a augmenté de 36% et s'ajoute à cela une pénurie de travailleurs qui acceptent de travailler dans cette industrie pénible. Les palettes en plastique, peuvent-elles devenir une alternative? Oui, mais elles coûtent trois fois chères que celles en bois.

"L'offre suit à peine la demande, la situation est tendue", a déclaré à Bloomberg, Howe Wallace, PDG de PalletOne Inc., un producteur basé à Bartow, en Floride.

Et selon Chaille Brindley, rédactrice en chef et éditrice du magazine "Pallet Enterprise & Pallet Profile", aucun modèle n'échappe à ce phénomène, qu'il s'agisse des palettes neuves, usagées ou en location.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco