BFM Business

Covid: le transporteur XPO Logistics accusé par ses salariés de "mise en danger"

Les transporteurs routiers sont appelés à la grève dès dimanche soir (image d'illustration).

Les transporteurs routiers sont appelés à la grève dès dimanche soir (image d'illustration). - Thierry Zoccolan - AFP

Une coalition syndicale internationale accuse le transporteur d'exposer sa main-d'oeuvre à des risques accrus de contracter et de propager le virus.

Ils font partie de la "première ligne". De ceux qui ont continué à travailler pendant le confinement pour approvisionner les commerces en marchandises notamment aluimentaires. Mais les conducteurs routiers ont-ils été protégés du virus par leurs employeurs?

Les salariés de XPO-Logistics (13.000 salariés en France) ne sont pas de cet avis. Une coalition syndicale internationale accuse dans un rapport publié mercredi la société de transport et de logistique de "mise en danger" de ses salariés face au Covid-19 ainsi que de "multiples abus" commis dans six pays, des accusations réfutées en bloc par la direction.

Cette coalition regroupe notamment la Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF), la Fédération européenne des travailleurs du transport (ETF) et la Fraternité internationale des conducteurs (IBT, ou Teamsters), ainsi que les fédérations nationales des transports de la CGT, de la CFDT et de l'Unsa en France.

Ex-Norbert Dentressangle en Europe

"XPO Logistics, dont le siège de la branche Europe (ex-Norbert Dentressangle) est situé à Lyon et dont les travailleurs ont été mis à contribution dans le monde entier depuis le début de la pandémie Covid-19, continue d'exposer sa main-d'oeuvre à des risques accrus de contracter et de propager le virus", dénonce la coalition, parlant de "mise en danger" des salariés, dans un communiqué publié avec son rapport d'une vingtaine de pages.

Le manque de protection (masques, gel hydroalcoolique), l'absence de mesures sanitaires adéquates et les conditions de travail au coeur de la pandémie seraient responsables, selon elle, de "plusieurs cas de contagion au sein de ses installations" et du décès d'une salariée en France.

Interrogée par l'AFP, la direction de XPO Logistics Europe réfute ces accusations. "Toute affirmation selon laquelle XPO n'a pas mis en place ou n'applique pas des protocoles de santé et de sécurité stricts dans le contexte de la pandémie mondiale est fausse. Depuis le début de la pandémie, nous avons communiqué de manière transparente et fréquente sur la manière dont nous assurons la sécurité de nos employés, y compris sur les protocoles de nettoyage. Nos efforts ont été reconnus dans plusieurs publications et l'entreprise a publié un guide compilant directives et bonnes pratiques de XPO. La sécurité de nos employés est notre priorité", assure-t-elle. Concernant le décès survenu en France, "toutes les mesures sanitaires avaient été prises en concertation avec les syndicats", ajoute-t-elle.

"Éveiller les consciences"

Le rapport des syndicats, qui le disent "basé sur une enquête approfondie de terrain", fait état, plus largement dans le temps, de la situation des salariés de XPO Logistics aux États-Unis, en France, au Royaume Uni, en Espagne, en Suisse et en Italie, ainsi que de celle de chauffeurs d'Europe de l'Est ou non européens travaillant pour la sous-traitance dans des conditions décrites comme illégales.

Il dénonce, témoignages à l'appui, "la façon dont l'entreprise soumet ses employés à des retenues indues sur salaires, à un environnement de travail dangereux enfreignant les normes de santé et de sécurité, à des discriminations liées au genre, au harcèlement sexuel et à des tactiques antisyndicales agressives".

"XPO enfreint les règles dans plusieurs pays depuis des années. Ce rapport et cette action internationale, historique, visent à éveiller les consciences et à engager des actions en justice", a déclaré à l'AFP Baptiste Arsale, secrétaire général de la fédération Unsa Transports.

La direction d'XPO Logistics Europe réfute l'ensemble de ces accusations "compilant des allégations passées, datant parfois de 2016, qui sont totalement inexactes, déforment grossièrement la réalité et qui ont été systématiquement démenties".

"Des discussions ont lieu dans les forums adéquats, les comités de groupe et le comité de groupe européen dont l'ETF est membre", ajoute-t-elle.

Leader mondial dans la fourniture de services de transport, de logistique et de "livraison du dernier kilomètre", XPO Logistics compte 96.000 salariés dans le monde sur 1.500 sites, dont environ 50.000 en Europe et 13.000 en France, selon la direction. Son siège mondial est dans le Connecticut aux États-Unis.

OC avec AFP