BFM Business

Covid-19: l'Union européenne réserve 200 millions de doses du futur vaccin Pfizer/Biontech

L'UE a déjà conclu des accords pour s'assurer l'accès aux éventuels vaccins de Sanofi-GSK, Johnson & Johnson, CureVac, Moderna et AstraZeneca.

L'UE a déjà conclu des accords pour s'assurer l'accès aux éventuels vaccins de Sanofi-GSK, Johnson & Johnson, CureVac, Moderna et AstraZeneca. - Pascal Pochard - Casabianca

La Commission européenne a trouvé un accord préliminaire pour obtenir 200 millions de doses d'un potentiel vaccin contre le coronavirus développé par l'alliance germano-américaine Biontech/Pfizer.

La Commission européenne continue de réserver des centaines de millions de doses de vaccins contre la Covid-19 auprès des laboratoires pharmaceutiques. Elle a conclu un accord préliminaire pour obtenir 200 millions de doses d'un potentiel vaccin contre le coronavirus développé par l'alliance germano-américaine Biontech/Pfizer, avec l'option d'en acquérir 100 millions de doses supplémentaires.

Pzifer s'est allié à la biotech allemande BioNTech

En mars 2020, le géant américain de la pharmacie Pfizer s'était aliée avec la biotech allemande BioNTech pour développer un vaccin (à ARNm, dit "messager") contre le nouveau coronavirus.

Entrés fin juillet dans une phase d'essais cliniques à grande échelle, les deux partenaires ont fait état de résultats préliminaires positifs, après l'avoir testé sur 45 personnes.

"Les discussions finalisées avec Biontech-Pfizer marquent un nouveau progrès pour étoffer notre offre solide et diversifiée de vaccins potentiels", a indiqué la commissaire à la santé Stella Kyriakides.

Le sixième accord de ce type conclu par l'UE

Le futur vaccin de Biontech/Pfizer a été suscité l'intérêt des Etats-Unis qui ont annoncé le 22 juillet payer 1,95 milliard de dollars pour obtenir 100 millions de doses du potentiel vaccin Biontech/Pfizer. Le Japon a également conclu un accord avec les deux entreprises pour s'assurer 120 millions de doses.

C'est en tous cas le sixième accord de ce type conclu par l'UE. L'Europe a déjà négocié des accords pour s'assurer, en réservant à chaque fois des millions de doses, l'accès aux futurs vaccins de Sanofi-GSK, Johnson & Johnson, CureVac, Moderna et AstraZeneca.

Cette stratégie tient compte de l'aléa propre au développement de ce type de vaccin, l'Europe n'ayant aucun intérêt à mettre tous ses oeufs dans le même panier. En témoigne le fait que le groupe pharmaceutique d'origine suédoise ait été contraint de faire une pause dans les essais cliniques de son vaccin expérimental contre le Covid-19 après l'apparition d'une "maladie potentiellement inexpliquée", sans doute un effet secondaire grave, chez un participant.

F.B. avec AFP