BFM Eco

Coronavirus: la fréquentation des stations de ski en chute de 16% sur la saison 2019-2020

-

- - Pixabay - CC

Contraintes de raccourcir la saison d'un mois et demi, les stations de ski affichent un triste bilan cette année. Outre le coronavirus, les professionnels demandent d'intégrer la région Hauts-de-France à la Zone A pour lisser le pic de fréquentation à l'avenir.

L'épidémie de coronavirus et le confinement décrété pour l'endiguer ont "brisé dans son élan" la saison de ski 2019-2020 en l'amputant de 16% de sa fréquentation, a annoncé mardi Domaines Skiables de France (DSF). La chambre professionnelle des opérateurs de domaines skiables dans les différents massifs français a produit un bilan provisoire de cette saison tronquée qui a diversement touché les massifs et les stations, par rapport à l'année précédente.

Les massifs de Haute-Savoie, de l'Isère-Drôme, des Alpes du Sud et des Pyrénées auront enregistré une fréquentation 10% au-dessous de la dernière saison, la Savoie -19%, le Jura -26%, le Massif central -45% et les Vosges -57%. "Toutes les tailles de station souffrent de cette saison 2019/2020, mais les deux extrémités du spectre souffrent le plus et pour des raisons nettement différentes", note DSF dans un communiqué.

Les plus grandes stations "ont payé le plus lourd tribu à la fin de saison anticipée" avec l'annonce du confinement car "1 mois et demi de saison restait normalement à courir après le 15 mars"; et les plus petites stations "ont souvent souffert d'un manque de neige tout au long de la saison". Au plan national, "la fréquentation des domaines skiables au 14 mars 2020 (veille de la fermeture de stations, ndlr) s'établissait à -2% par rapport à l'année précédente", note DSF.

Reconfiguration du zonage

Dans les enseignements à tirer de cet hiver - outre l'impact du coronavirus -, les effets du zonage applicable depuis 2015, après la fusion des régions, est mis en lumière: "la nouvelle zone A (académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers) présente à la fois le plus petit nombre d'habitants et le plus faible taux de pénétration des clientèles des stations (27%)", analyse DSF.

Les domaines skiables proposent donc concrètement de "détacher les Hauts de France (6 millions d'habitants) de la zone B (qui pèse pour 42% de la clientèle des stations) pour les raccrocher à la zone A" pour "équilibrer zone A et zone B à 23 M d'habitants chacune", soulageant ainsi "les Vosges qui, actuellement, doivent accueillir l'Est de la France – représentant la plus grande partie de sa clientèle - sur seulement 15 jours de vacances d'hiver". "Cette configuration permettrait aussi de lisser le pic de fréquentation, conduisant à des séjours moins chers en très haute saison", souligne DSF.

P.L avec AFP