BFM Business

Coronavirus: Edouard Philippe écarte l'interdiction des licenciements

Edouard Philippe

Edouard Philippe - AFP

Le Premier ministre a dit ne pas croire que l'interdiction administrative des licenciements "était une solution totalement satisfaisante". Il n'a cependant pas exclu des nationalisations pour sauver des entreprises.

"Interdire de licencier, je ne crois pas que nous en arrivions là", a déclaré ce mardi sur France 2 le Premier ministre Edouard Philippe, interrogé sur l'éventualité d'interdire aux entreprises de licencier face à la crise du coronavirus.

"L"interdiction administrative des licenciements, comme elle a pu exister, elle n'est jamais, je crois, une solution totalement satisfaisante", a déclaré Edouard Philippe sur France 2. "Ce que nous voulons faire, c'est qu'il ne soit pas utile de licencier, d'essayer de faire en sorte que l'entreprise puisse continuer son existence".

L'Etat "prêt à prendre ses responsabilités" pour sauver les entreprises

Le Premier ministre Edouard Philippe n'a en revanche pas exclu des nationalisations pour faire face à la crise, assurant que pour la compagnie aérienne Air France l'Etat était prêt à "prendre ses responsabilités en tant qu'actionnaire".

"Nous serons là, le président de la République l'a dit" pour "que notre compagnie nationale puisse franchir cette crise", a-t-il affirmé, quelques heures après que le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé que "tous les moyens" seraient utilisés "pour protéger les grandes entreprises françaises", y compris des opérations de "nationalisation si nécessaire".

P.L avec AFP