BFM Business

"Une quinzaine de marques d'intérêt" pour reprendre Whirlpool Amiens

La majorité des candidats potentiels sont français

La majorité des candidats potentiels sont français - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Selon le secrétaire d'État à l'Industrie Christophe Sirugue, "une quinzaine de marques d'intérêt ont été exprimées par des repreneurs qualifiés" pour reprendre l'usine d'Amiens du géant américain de l'électroménager.

"Une quinzaine de marques d'intérêt" ont été recueillies pour la reprise du site de Whirlpool à Amiens, que le géant américain de l'électroménager compte fermer en juin 2018, a déclaré mercredi à l'AFP le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue.

"Il y a une quinzaine de marques d'intérêt qui ont été exprimées par des repreneurs qualifiés, porteurs de projets industriels que nous considérons comme relativement pertinents", a déclaré M. Sirugue, à l'issue d'un point d'étape sur ce dossier à Bercy, auquel ont également assisté le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, et le directeur de l'usine d'Amiens, Carlos Ramos.

Une majorité de candidats français

La majorité des candidats potentiels sont français, a précisé Christophe Sirugue, sans détailler davantage. L'objectif n'est "pas forcément" de trouver un repreneur unique, "ça peut être aussi deux ou trois repreneurs" pour occuper l'ensemble du site et reprendre ses 282 salariés ainsi que la soixantaine du sous-traitant voisin de l'usine, Prima, a-t-il ajouté. La remise des manifestations d'intérêt court jusqu'au 26 mai et la date limite de dépôt des offres fermes a été fixée au 2 juin, a précisé le secrétaire d'État.

Les projets recueillis à ce jour "confirment bien qu'il y a une capacité industrielle et une main-d'oeuvre qui intéressent sur ce site", a-t-il estimé. Fin mars, Xavier Bertrand avait déclaré qu'au moins deux industriels s'intéressaient à cette usine, tout en restant prudent pour ne pas laisser de "faux espoirs", et avait insisté à ce que Whirlpool "joue le jeu" et "ne fasse pas semblant" de participer à la recherche de repreneurs. "Nous maintenons une pression très forte sur Whirlpool", a assuré mercredi Christophe Sirugue, disant suivre également "avec attention" les discussions entre la direction et les syndicats sur les mesures d'accompagnement du plan de sauvegarde de l'emploi.

P.L avec AFP