BFM Business

Risque-t-on d'attraper des IST dans des toilettes publiques?

-

- - MARIE Alain- Flickr

Peut-on contracter une infection sexuellement transmissible (herpès génital, syphillis, VIH…) en passant aux toilettes après quelqu’un d’autre? Jean-Marc Bohbot, médecin infectiologue et directeur du département IST et d'andrologie de l'Institut Fournier, en parle dans Lahaie, l'amour et vous sur RMC.

Il ne faut parfois pas plus qu’un rebord de cuvette un peu sale pour réveiller une grande angoisse chez beaucoup d’entre nous : la perspective d’attraper une infection sexuellement transmissible (IST) en passant aux toilettes après quelqu’un d’autre.

Mais peut on vraiment attraper une IST en se rendant dans des toilettes publiques? Non, non, non et non. Ca dépend ce qu’on y fait, bien sûr, mais si on y va tout seul et si on y va juste pour faire un petit pipi, que l’on soit un homme ou une femme, on n’attrape rien. Ces microbes là ne sautent pas de la cuvette des toilettes, ni dans les vulves des femmes, ni dans les canaux urétro des hommes. Même si pendant des années on a un peu entretenu ce mythe, nous les médecins, parce qu’on était pour ce qu’on appelait "la paix dans les ménages". Ou dans les piscines et les jacuzzis aussi, c’était très à la mode. Mais non. Pour les couples, il faut trouver une autre explication, un autre prétexte.

Transmission de muqueuse à muqueuse

Autrefois appelées maladies sexuellement transmissibles, les IST (herpès génital, hépatite B, syphilis, VIH...) sont des infections transmises lors des relations sexuelles. Toute IST ne peut donc se transmettre que de muqueuse à muqueuse. Ca ne se transmet que par contact direct. C’est à dire un rapport avec pénétration, une fellation, ou plus rarement un cunnilingus. Il faut qu’il y ait un contact avec des muqueuses infectées.

A partir du moment où on n’est pas en contact intime - et ça vaut aussi avec des serviettes de toilette - il n’y a pas besoin de prendre des mesures d’urgence catastrophiques chez soi, par exemple faire bouillir son linge comme je l’entends encore souvent. Non, de simples mesures d’hygiène classiques permettent de gérer la situation. Ce sont des germes qui sont relativement fragiles et qui disparaissent en quelques minutes à l’air libre. Donc on n’attrape rien, ni dans les toilettes publiques ni dans les toilettes privées.