BFM Business

Quand les vignerons s'équipent d'éoliennes anti-gel de printemps

Les éoliennes anti-gel protègent les vignes en rabattant l'air chaud situésau niveau de leur hélice, vers le sol plus froid.

Les éoliennes anti-gel protègent les vignes en rabattant l'air chaud situésau niveau de leur hélice, vers le sol plus froid. - www.faiteslepleindavenir.com

Des vignerons de l'appellation Chinon en Touraine se regroupent pour mutualiser le coût d'installation d'éoliennes. En brassant l'air, elles combattent le gel de printemps dont le vignoble français a beaucoup souffert en 2016 et 2017.

Alors qu'en 2016 et 2017, le gel de printemps a durement affecté le vignoble français, une solution technique se répand dans les vignes à l'aube de la saison printanière critique 2018. Utilisées comme de super-ventilateurs au sommet d'un pylône d'une dizaine de mètres de haut, des sortes d'éoliennes brassent de l'air dès qu'il gèle. Leur principe consiste à chauffer l'air froid situé au niveau du sol de la vigne en le mêlant à celui plus chaud situé un peu plus haut au niveau de leurs hélices. Une seule protège de 3 à 5 hectares de vigne.

Selon une étude financée par la région Centre-Val de Loire en 2016, la tour ou éolienne anti-gel est une technique efficace jusqu'à une température de moins 4 degrés. Elle demande en outre très peu main d'oeuvre, son déclenchement étant automatisé. Certaines tours anti-gel sont fixes, d'autres, plus récentes, sont mobiles et pliables.

Toujours selon cette étude, une majorité de vignerons de cette région exprimait le souhait de protéger des risques de gel printanier entre 25 et 50% de leur vignoble à l'aide d'une éolienne anti-gel. Les projets d'installation d'une ou plusieurs tours anti-gel étaient fin 2016 de loin les plus nombreux parmi les vignerons du Centre-Val de Loire interrogés, représentant 54% des projets. (infographie ci-dessous).

-
- © Protection du vignoble contre les aléas climatiques. Région Centre-Val de Loire

Le principal frein à l'acquisition de ces moyens de protection contre le gel reste l'investissement financier qu'ils représentent puisqu'il faut compter environ 40.000 euros pièce soit 10.000 euros par hectare protégé.

En Touraine, dans l'appellation Chinon, plusieurs d'entre eux se seront regroupés en 2017 pour investir et miser sur les éoliennes, également appelées tours anti-gel. En l'occurrence, pour mutualiser les équipements et amortir des frais, une trentaine de vignerons de l'AOC Chinon ont rejoint une coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma), précise le quotidien régional La Nouvelle République. Une douzaine d'autres domaines de l'appellation ligérienne se se sont regroupés dans une autre coopérative à cette fin. Au total, 1,8 million d’euros ont été investis pour vingt-neuf éoliennes fixes et mobiles, les vignerons reversant un loyer à leur coopérative de rattachement qui a réalisé l'investissement. 

D'autres vignobles proches ont fait de même. Dans l'appellation Quincy (située dans le Cher), également durement touchée en 2016 par le gel printanier, les vignerons auraient ainsi dépensé 2 millions d’euros en tours antigel, pour être protégé à 80%, selon la Revue du vin de France.

Frédéric Bergé