BFM Eco

Pénurie de médicaments: France Parkinson lance une pétition adressée au gouvernement

Image d'illsutration

Image d'illsutration - Daniel Janin- AFP

Depuis cet été, un médicament du laboratoire MSD utilisé par 45.000 malades de Parkinson est en rupture de stocks.

Selon l'agence du médicament ASNM, il s'agit de "la plus longue rupture qu'on ait pu avoir pour le Parkinson". Le laboratoire MSD avait annoncé fin août, une rupture de stock prolongée de certains dosages d'un médicament utilisé par 45.000 patients en France (sur 200.000 malades de Parkinson), le Sinemet. La rupture de stocks est prévue jusqu'en mars 2019, du fait de la fermeture de l'usine américaine produisant le médicament pour une mise aux normes.

"Nous alertons les pouvoirs publics sur le risque aigu que font porter ces ruptures sur la santé de personnes déjà durement touchées par la maladie. Nous demandons que cessent ces situations inacceptables", écrit l'association France Parkinson dans sa pétition adressée au gouvernement.

Un problème récurrent

L'agence sanitaire a proposé des alternatives le 19 septembre dernier, mais les médicaments proposés nécessitent des ajustements de doses et peuvent induire des déséquilibres chez les patients habitués au Sinemet.

Les pénuries de médicaments et de vaccins sont récurrentes en France. Un rapport du Sénat du 2 octobre recensait pas moins 530 médicaments victimes de pénuries en 2017, soit dix fois plus qu'il y a dix ans. Ce rapport recommandait de créer un programme public de production et de distribution de médicaments essentiels et de grouper les achats de vaccins au niveau européen, parmi une trentaine de propositions.

Vis-à-vis des industriels, il proposait d'un côté des aides financières pour les entreprises pharmaceutiques qui s'engageraient à fabriquer en France certaines substances actives jugées essentielles et de l'autre, la publication des sanctions en cas de manquements dans la mise en oeuvre de leurs plans de gestion des pénuries.

C.C. avec AFP