BFM Business

Mais pourquoi Leclerc a attendu si longtemps pour s'implanter à Paris?

"Leclerc ouvre ce jeudi 21 avril un supermarché dans Paris intra-muros. Cela faisait 25 ans que l'enseigne avait délaissé la capitale, une place forte tenue par Casino et Carrefour."

Peut-on réussir dans le commerce en France sans être présent à Paris? À cette question, la plupart des enseignes répondent par la négative. La capitale est une énorme zone de chalandise et une clientèle dotée d'un fort pouvoir d'achat. D'ailleurs toutes les grandes enseignes de distribution ont des magasins, petits ou grands, à Paris. Que ce soit Carrefour, Darty, la Fnac, Decathlon, Leroy-Merlin ou encore Conforama. Jusqu'à présent une seule, et non des moindres, manquait à l'appel: Leclerc. 

Ce n'est plus le cas depuis ce jeudi 21 avril. L'enseigne de grande distribution ouvre un supermarché dans le XIXe arrondissement comme l'a indiqué le magazine LSA. Situé dans l’entrepôt Macdonald, au coeur d'un nouveau quartier de la capitale baptisé Rosa Parks, ce supermarché y côtoiera, entre autres, le plus grand Decathlon de Paris, un Boulanger et un Leroy-Merlin. Ce supermarché d'une superficie totale de 1.450 m2 sera très axé sur les produits frais, avec notamment du commerce traditionnel: poissonnerie, boucherie, fruits et légumes. "C'est un concept sur-mesure pour ce magasin, assure-t-on du côté de chez Leclerc. Concernant les services, les clients pourront bénéficier de la livraison à domicile. Il y aura également une borne de recharge pour Pass Navigo."

Le périph, une muraille infranchissable?

Mais ce qui surprend le plus ce n'est pas tant que Leclerc ouvre un magasin dans la capitale, mais plutôt le fait qu'il n'y en avait pas jusqu'à présent. L'enseigne est en effet la championne de la grande distribution en France (20,6% de part de marché). Et elle vient même d'enchaîner 8 mois consécutifs de croissance de ses ventes. Et si elle ceinture la capitale avec une quarantaine de magasins en Ile-de-France, le périph' semblait une muraille infranchissable depuis le départ, en 1991, d'un adhérent radié par Leclerc et qui avait opté pour le concurrent Auchan.

C'est que Paris est une citadelle difficilement prenable. La capitale est le terrain de jeux de Carrefour et surtout Casino qui y détient 45% de parts de marché avec ses enseignes Franprix, Leader Price et Monoprix. "Ces deux groupes ont conquis la capitale à partir des années 70 alors que les groupements d'indépendants comme Leclerc préféraient se concentrer sur la province plus facile à adresser, explique Yves Marin, spécialiste de la distribution chez Kurt Salmon. Les contraintes y sont moins importantes. Les loyers sont élevés à Paris, les contraintes nombreuses (bruit, place pour les livraisons...) et les indépendants étaient plus dans une logique mono-format de supermarché peu adaptée à la proximité urbaine."

Leclerc en retard sur ses concurrents

Mais si Leclerc assure qu'il s'agit "d'une ouverture isolée liée à une opportunité spécifique, et non à une stratégie globale" (c'est le propriétaire du Leclerc du centre commercial So Ouest qui investit dans Paris), la capitale intéresse de plus en plus ces enseignes fortement implantées en province. "Le territoire français est désormais saturé, rappelle Yves Marin, et Paris n'est plus aussi intimidant pour une enseigne comme Leclerc. Elle est très présente en banlieue et a une logistique et une offre adaptées aux formats urbains."

Et surtout la proximité est devenue un enjeu de conquête pour des distributeurs qui craignent de voir les géants Amazon et Alibaba s'attaquer à leur territoire de l'alimentaire. Les enseignes multiplient les formats de petits urbains et les ventes de ces magasins de proximité qui représentaient 6,7% de la grande distribution en 2014 devraient grimper à 9% d'ici 2018 selon Nielsen. Ainsi Auchan avec A2Pas, Intermarché et Système U avec leurs formats Express lorgnent eux aussi avec appétit le marché parisien. Avec son petit supermarché, Leclerc fait pour une fois figure de retardataire.

Frédéric Bianchi