BFM Business

Le fabricant de collants Gerbe passe sous pavillon chinois

Le fabricant de collants a été placé plusieurs fois en redressement judiciaire

Le fabricant de collants a été placé plusieurs fois en redressement judiciaire - Capture d'écran Gerbe.com

Le groupe auparavant en redressement judiciaire a été cédé ce lundi 7 septembre à un groupe hôtelier chinois qui compte conserver 42 des 62 salariés de l'entreprise.

Le fabricant de collants Gerbe a trouvé repreneur. Le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône a en effet acté ce lundi 7 septembre la cession de la société basée à Saint-Vallier à un groupe hôtelier chinois, selon des sources concordantes.

Après avoir acquis début 2015 le château d'Esclimont, la société Chongquing Tianci Hot-Spring group, qui prévoit notamment de conserver 42 des 62 salariés de Gerbe, a été préférée au fabricant français de chaussettes Tricotage des Vosges, selon l'étude de l'administrateur judiciaire, maître Maurice Picard.

Le groupe chinois compte maintenir l'outil industriel à Saint-Vallier pour continuer à produire du 'made in France' et repositionner la marque Gerbe sur le très haut de gamme avec des investissements importants, notamment en marketing et communication en Chine, a-t-on ajouté.

"Ce groupe souhaite développer une gamme de luxe et créer de nouveaux produits comme des maillots de bain et ils veulent du 'made in France'", a déclaré à l'AFP le représentant CFTC des salariés de Gerbe, Mario Barbosa, en précisant que la société chinoise prévoyait d'investir 3 millions d'euros en trois ans sur le site de Saint-Vallier.

Un projet "très intéressant"

"Regrettant qu'une société française n'ait pas racheté Gerbe", Mario Barbosa a cependant estimé le projet chinois "très intéressant". "Cela nous offre la possibilité de rentrer dans le marché chinois car ce groupe détient plus de 80 boutiques en Chine, où ont été vendus plus de 250.000 maillots de bain", a-t-il ajouté.

Fondée en 1904 par Stéphane Gerbe et spécialisée dans le haut de gamme, la manufacture de Saint-Vallier a connu plusieurs épisodes de redressement judiciaire, selon le site internet de l'entreprise.

Elle avait de nouveau été placée sous tutelle judiciaire mi-juillet. En 2003, elle avait été rachetée par la société Rhovyl, basée à Tronville-en-Barrois (Meuse), spécialisée dans les fibres synthétiques, entraînant le départ de 31 personnes sur les 229 employés que comptait alors Gerbe. En 1995, l'effectif du groupe textile s'élevait à environ 530 personnes.

J.M. avec AFP