BFM Business

L'erreur de Tesco qui provoque la démission de son président

Tesco avait surestimé ses comptes d'un peu plus de 330 millions d'euros

Tesco avait surestimé ses comptes d'un peu plus de 330 millions d'euros - Leon Neal - AFP

Richard Broadbent, le président de Tesco, a annoncé ce jeudi 23 octobre qu'il allait quitter l'entreprise. Son départ fait suite à une erreur comptable qui a amené le groupe à surestimer ses bénéfices de 330 millions d'euros.

L'erreur comptable de Tesco fait des dommages collatéraux. Richard Broadbent, le président du groupe de distribution britannique a ainsi annoncé ce jeudi 23 octobre qu'il allait quitter l'entreprise.

Sans donner de date fixe, il a indiqué qu'il partirait une fois que le nouveau directeur général du groupe David Lewis, arrivé en septembre dernier, aurait pris les mesures nécessaires pour redresser la barre.

"Cela marquera le début d'une nouvelle phase pour l'entreprise", a expliqué Richard Broadbent, qui dit vouloir préparer le terrain pour son futur successeur.

Des dirigeants suspendus

L'affaire de l'erreur comptable avait éclaté le 22 septembre lorsque Tesco avait indiqué à la surprise générale avoir découvert que ses prévisions de bénéfices avaient été surestimées, et devoir repousser la date de publication de ses résultats.

Ce dossier a depuis conduit à la suspension de certains dirigeants et au déclenchement d'une enquête de la part du régulateur financier britannique, la FCA.

Les premiers résultats de l'enquête interne confiée au cabinet Deloitte ont montré que les bénéfices avaient été en fait surestimés de 263 millions de livres (environ 333 millions d'euros) au total, soit un peu plus que le chiffre de 250 millions de livres annoncé en septembre.

Les difficultés de Tesco 

Ce scandale survient alors que le numéro trois mondial de la distribution est à la peine. Tesco subit ainsi la forte concurrence des enseignes de discount allemands telles qu'Aldi ou Lidl, et voit ses parts de marchés fondre. Le groupe a encore fait montre de ses difficultés ce jeudi en dévoilant un bénéfice pour le premier semestre en chute de 41%, à 927 millions de livres.

C'est ce contexte délétère que va devoir affronter le nouveau directeur général du groupe, David Lewis. Il a pour le moment affirmé trois priorités: "rétablir notre compétitivité au Royaume-Uni, protéger et renforcer notre bilan et débuter le long voyage pour restaurer la confiance et la transparence pour notre entreprise et notre marque". Mais aucune mesure concrète n'a encore été dévoilée.

J.M. avec AFP