BFM Business

L'eau de source Quézac change de propriétaire

La vente de Quézac a été une véritable arlésienne

La vente de Quézac a été une véritable arlésienne - Nestlé Waters

Nestlé Waters a annoncé ce mardi 3 janvier avoir cédé la célèbre eau au groupe Ogeu avec qui il était en négociations exclusives depuis octobre dernier.

C'est désormais acté: la célèbre eau de source Quézac va quitter le giron de Nestlé. La filiale eau du groupe suisse, Nestlé Waters a ainsi annoncé ce mardi 3 janvier qu'elle la cédait, ainsi que son usine d'embouteillage en Lozère au groupe français Ogeu.

Une annonce qui met fin à un processus de vente laborieux d'environ deux ans.

L'accord de cession, dont le montant n'a pas été communiqué, prévoit "le transfert de l'ensemble de l'activité de la filiale d'embouteillage lozérienne de Nestlé Waters France au Groupe Ogeu avec le maintien de l'emploi", ont-ils expliqué dans un communiqué conjoint.

Un feuilleton de deux ans

Depuis près de deux ans, Nestlé Waters France, filiale du groupe suisse dédiée aux eaux minérales également propriétaire des marques Perrier et San Pellegrino, souhaitait se séparer de la source lozérienne.

Mais les négociations exclusives avaient échoué à deux reprises, en mai 2015 puis en juillet dernier, après un refus de l'offre d'achat par la CGT, le syndicat majoritaire de Quézac. En octobre dernier, le groupe Ogeu et Nestlé étaient finalement entrés à nouveau en négociations exclusives.

Le projet présenté prévoyait, outre la reprise du site avec maintien des effectifs et des salaires, un investissement industriel de plus de 3 millions d'euros ainsi qu'un plan de soutien renforcé marketing et commercial de la marque Quézac.

Le feu vert de la CGT

La CGT a indiqué mardi à l'AFP avoir donné un avis favorable à cette cession après consultation de ses experts, précisant avoir conclu un accord sur un système de rémunération identique à celui développé avec Nestlé.

"Ogeu s'engage à ne pas faire de licenciement économique, quoi qu'il arrive, pendant trois ans. Et s'il survenait un problème, Nestlé s'est engagé à reprendre le personnel volontaire sur le site de Perrier à l'usine de Vergèzes", a déclaré à l'AFP Franck Meyrueix, représentant syndical CGT dans l'entreprise.

Le groupe Ogeu, qui a déjà repris deux sites d'embouteillages de Nestlé Waters France en Bretagne (eau de Plancoët) et en Île-de-France (eau de Chevreuse), souhaite avec cette opération se renforcer sur le segment des eaux gazeuses en France.

Exploitée depuis 1995, l'eau de Quézac réalise un chiffre d'affaires annuel de 20 millions d'euros, est-il précisé.

Du côté de Nestlé Waters France, filiale du groupe dédiée aux eaux minérales qui détient notamment Perrier et San Pellegrino, cette vente reflète sa "volonté stratégique" de se concentrer sur "ses marques phares nationales et internationales" initiées quelques années auparavant, indique le groupe suisse dans le communiqué.

J.M. avec AFP