BFM Business
Conso

Inflation: quelle hausse de prix pour les jouets à Noël?

Entre la hausse des coûts des matières premières et la flambée des coûts de transport, les jouets devraient bien être plus chers cette année.

A cause de l'inflation, y aura-t-il moins de cadeaux au pied du sapin cette année? Ce qui est déjà certain à trois mois des fêtes de fin d'année, c'est que les jouets coûteront plus cher. "Tout va coûter plus cher (...), ça va coûter plus cher d'offrir des jouets à ses enfants", confirmait dimanche Michel-Edouard Leclerc sur BFMTV.

"Certains consommateurs vont faire des arbitrages en mangeant des pâtes premier prix (...) pour offrir à leur enfant un beau jouet", ajoutait le patron des centres Leclerc.

Entre 3 et 6% de hausse attendue

Reste à connaître l'ampleur de la hausse des prix. Chez JouetClub, "on a constaté avec les jouets reconduits cette année sur notre catalogue de Noël qu'on avait un niveau d'inflation qui était de 3,61%, ce qui reste très modéré par rapport à l'inflation nationale", relativise le porte-parole de l'enseigne, Franck Mathais. Un chiffre proche du niveau d'inflation sur un an observé par l'Insee à ce stade sur les "jouets et articles de fêtes" (3,9%).

Mais certains acteurs du secteur sont bien plus pessimistes pour la période de fêtes. Sur BFMTV, Philippe Gueydon, patron de King Jouet et président de la Fédération des Commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant (FCJPE), table sur un augmentation des prix "de 6%" en moyenne. Avant de tempérer: "C’est sensiblement moins que les produits de grande consommation ou en moyenne on est à +9%. Donc on peut parler d’inflation mais d’inflation contenue dans le secteur du jouet".

Tous les jouets ne sont d'ailleurs pas touchés. A titre d'exemple, "la 'Barbie tresses magiques', un produit qui faisait partie des meilleures ventes l'année dernière" coûte aujourd'hui 29,99 euros, "soit son prix de l'année dernière", assure Philippe Gueydon. A l'inverse, le Studio DJ superstar de VTech, "un produit avec pas mal d'électronique fabriqué en Asie" voit son prix passer de 51 à 56,99 euros, "soit +11%", détaille le président de la FCJPE.

"Il y a des tas de produits pour lesquels on ne va pas prendre nos marges"

A l'origine de la hausse des prix des jouets: la flambée des coûts de production des derniers mois (matières premières notamment) et celle des "coûts de transport liée au chaos de la logistique en 2021 qui n'est pas totalement résolu", souligne Pascal De Lima, économiste chez CGI Business Consulting. Et d'ajouter parmi les causes tirant les prix vers le haut "l'augmentation du salaire des saisonniers" pour pallier "un problème d'attractivité" du secteur.

Dans ce contexte, les consommateurs seront sans doute contraint de faire des arbitrages, sauf à augmenter leur budget jouets. L'an passé, il était estimé à 131 euros par enfant, selon une étude de King Jouet.

Pour autant, Michel-Edouard Leclerc promet un effort des commerçants pour la période des fêtes: "Tout va coûter plus cher (...) mais on n'est pas obligé de tout répercuter (sur le prix payer par le consommateur, NDLR). Il y a des tas de produits pour lesquels on ne va pas prendre nos marges", a-t-il dit, citant "l'ensemble des produits de Noël, car notre intérêt c'est que la croissance des ventes soit là et tant pis si on ne gagne pas d'argent".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco