BFM Business

Harcèlement au travail: "Un manque de solidarité des collègues"

-

- - CC/geralt

Alors que le harcèlement sexuel est à la une de l'info, plusieurs femmes témoignaient dans Lahaie, l'Amour & Vous. Elles ont raconté le harcèlement sexuel subi sur leur lieu de travail.

Sabrina: "La direction a étouffé l'affaire"

"Je travaillais dans une entreprise de transport en tant que conductrice de bus en Haute-Savoie. J'ai subi le harcèlement moral de certains de mes collègues et supérieurs. Ma direction me mettait la pression sans raison. J'ai fait une grosse dépression pendant 6-7 mois. J'ai pris dans antidépresseurs des anxiolitiques.

Une fois par exemple, je suis rentrée au dépôt trempée par la pluie, j'ai demandé à mon supérieur une nouvelle chemise. Il a refusé. Un autre supérieur est arrivé m'a demandé ma taille de chemise, quand je lui ai répondu '42', il m'a répondu 'j'aurais plus dit un '48'. Quand j'arrivais avec des vêtements neufs, il me disait 'vos vêtements sont tombés du camion'. Une autre fois, un collègue m'a baissé mon pantalon dans la salle des chauffeurs.

Quand j'ai été en parler à la direction, on a remis ma parole en doute et la direction a étouffé l'affaire. Elle a mis cela sur le compte d'une erreur de management. Aujourd'hui je devais reprendre le travail mais j'ai été licenciée. J'ai pris un avocat pour dénoncer un licenciement abusif".

Emma: "Une forme de lâcheté des collègues"

"Je travaillais en tant que technico-commerciale dans le secteur des transports, donc un milieu plutôt masculin. Je me suis rendue compte que mon supérieur utilisait sa position hiérarchique pour avoir des attitudes déplacées. Et c'était d'autant plus facile pour lui qu'à l'époque j'étais jeune.

Les hommes et les femmes autour de moi avaient tout vu. J'ai fini par être licencié, mais j'ai contesté ce licenciement. Et à ce moment-là personne n'avait rien vu. Tout le monde avait un peu peur pour sa place, pour son statut au sein de l'entreprise. Et je me suis retrouvée seule.

Dans ces situations, il y a un manque de solidarité et une forme de lâcheté vis-à-vis de ce problème-là".

Marie: "3 ans d'enfer"

"J'avais été embauchée dans un syndic immobilier sous la responsabilité de cette personne pour faire son secrétariat. Tout s'est très bien passé pendant un an. Et puis j'ai eu envie de m'occuper de la location des appartements j'ai donc demandé au directeur si je pouvais avoir ce poste.

Je l'ai obtenu, et à partir de là j'ai vécu 3 ans d'enfer. Avec le recul, je suppose qu'elle a dû mal vivre le fait que j'ai quitté le poste de secrétaire. Elle m'a harcelée tous les jours. Je devais lui faire accepter mes dossiers de location et elle trouvait des refus pour tout et pour rien. J'avais des paroles de plus en plus sèches.

J'ai dû en parler au directeur pour essayer de calmer tout ça. Mais il ne voulait pas entendre parler de conflit et je me suis retrouvée seule face à cette femme. Ce que je voudrais souligner dans ces situations de harcèlement c'est l'isolement dans lequel on se trouve".