BFM Business

Guide Michelin 2017: découvrez les nouveaux étoilés près de chez vous

-

- - Tobias Schwarz - AFP

Le célèbre guide a publié ce jeudi son édition 2017 pour la France. Quel restaurant gagne une étoile, qui en perd? Tour d'horizon.

Un nouveau 3 étoiles, 12 nouveaux 2 étoiles et 57 nouveaux 1 étoile. Voilà le bilan du guide Michelin 2017 dévoilé ce jeudi 9 février. C'est Yannick Alléno qui obtient 3 nouvelles étoiles dans la nouvelle édition. Le chef qui est déjà à la tête d'un 3 étoiles à Paris, le Pavillon Ledoyen au carré des Champs-Élysées, a annoncé jeudi avoir décroché trois étoiles au Michelin pour son restaurant le 1947 à l'hôtel Cheval Blanc de Courchevel. Un restaurant d'altitude qui en possédait déjà 2.

Le restaurant 1947, du palace Cheval Blanc (propriété du groupe LVMH) compte 22 couverts et il est ouvert de décembre à avril. Son nom correspond au plus prestigieux millésime de Château Cheval Blanc.

"Le guide Michelin distingue de la plus haute récompense et par deux fois la cuisine française moderne de Yannick Alléno", souligne le communiqué publié avant l'annonce officielle du guide Michelin.

70 nouveaux étoilés par région

Le guide Michelin France dévoile donc un palmarès qui compte 616 restaurants étoilés (une, deux ou trois étoiles), soit 16 de plus qu'en 2016. Car si 52 malheureux ont perdu une ou plusieurs étoiles, 70 tables en ont gagné en 2017. 

Voici lesquelles:

Le nouveau 3 étoiles:

Seul le 1947 de Yannick Alléno accède au Graal cette année.

Les nouveaux 2 étoiles:

12 restaurants accèdent à cette distinction cette année. Il s'agit de ceux du Pressoir d'Argent-Gordon Ramsay et La Grande Maison de Bernard Magrez, (Bordeaux), Le Pré-Xavier Beaudiment (Clermont-Ferrand), Le Montgomerie et Le Kintessence (Courchevel), La Maison des Bois-Marc Veyrat (Manigod), La Grenouillère (Madeleine-sur-Montreuil), Kei, La Table de l’Espadon et le Clarence (Paris), L’Hostellerie de Plaisance (Saint Emilion), et enfin le Gindreau (Saint-Medard).

Les nouveaux 1 étoile par région:

Dans le Sud-Est: les Explorateurs (Val Thorens), le Roc Alto (St-Véran), Le Saint-Martin (Vence), le W (Annonay), Skab (Nimes), Palégrié (Corrençon-en-Vercors), Château Blanchard (Chazelles-sur-Lyon), Aux Anges (Roanne), Jérémy Galvan et Miraflores (Lyon), la Palmeraie (La Croix-Valmer), le Jardin de Benjamin (Lorgues), L'Olivier à St Tropez et le Champ des Lunes, à Lauris-Lourmarin, Mickaël Feval et Pierre Reboul (Aix-en-Provence), Fanny Rey (St-Rémy-de-Provence), le Domaine du Colombier (Malataverne).

Dans le Nord-Ouest: le Fontevraud le Restaurant, l'Auberge Tiegezh (Guer), le 1912 (Trouville), Maximin Hellio (Deauville), Pertica (Vendôme), la Table de la Bergerie (Champ-sur-Layon), Terre-Mer (Auray), Rodolphe (Rouen), Les Genêts (Brem-sur-Mer), la Robe (Montaigu). 

Dans le Sud-Ouest: le Château de Mirambeau, l'Imaginaire (Terrasson-Lavilledieu), le Moulin de l'Abbaye (Brantôme), L'Aparté (Montrabe), le Skiff Club (la Teste-de-Buch), le Logis de la Cadène (St-Émilion), le Hittau (St-Vincent-de-Tyrosse), le Château de Mercuès, l'Atelier de Gaztelur (Arcangues) et l'Océan (St Jean de Luz).

Dans le Nord-Est: Racine, l'Arnsbourg (Baerenthal), Haut Bonheur de la Table (Cassel), la Liégeoise (Wimereux), Girardin (Colmar), l'Alchémille (Kayserberg) et Julien Binz (Ammerschwihr). 

À Paris: Nicolas Sale aux Jardins de l'Espadon (hôtel Ritz, Paris); Mathieu Pacaud au Divellec (Paris); David Bizet à l'Orangerie (hôtel George V, Paris); Simone Zanoni au le George (hôtel George V, Paris); Pierre Rigothier à La Scène Thélème (Paris), le Palais-Royal, Sushi B, Restaurant H, Alliance, Akrame, L'Archeste, L'Escargot 1903. 

J.M. avec AFP