BFM Business

Comment gérer la colère de son partenaire?

Rien n'est moins simple que de gérer la colère de l'autre. Pour mieux affronter cette moutarde qui monte au nez de votre partenaire, Brigitte Lahaie vous livre son Love Conseil du jour.

Je crois que dans un premier temps, il faut surtout vérifier que l'on sait rester zen. Ou du moins, plutôt calme. Parce que c'est vrai que souvent, quand notre partenaire se met en colère, cela nous met nous-même en surchauffe. Et plus on va réagir, plus cela va provoquer, évidemment, de la colère.

Mais ça peut aussi nous faire paniquer. Et c'est pareil: si on panique, si on montre, sans le vouloir, qu'on a peur, cela va rendre l'autre agressif. Donc je crois que c'est vraiment important de rester le plus zen possible.

Partir ou se soumettre…

Et si vous ne savez pas rester zen, je crois que c'est important de pouvoir vous évader. Fuir, en quelque sorte. Alors peut-être en sortant de la pièce, de l'appartement, ou alors en restant vraiment le plus neutre possible. Mais attention, parce qu'il ne faut pas que vous ayez l'air d'avoir peur.

Je conseillerais plutôt la soumission. C'est vrai que la soumission, face à la colère, n'est pas stupide. D'ailleurs, c'est une réaction animale, que l'on voit souvent. C'est une sorte de survie instinctive, chez l'animal. Et l'animal qui se met en position de soumission - le chien, par exemple, montre son ventre, sur le dos, les quatre pattes en l'air – en général permet d'éviter tout affrontement.

… Puis signaler que ça vous fait souffrir

Alors si vous ne vous sentez pas apte à réagir, faites aussi preuve de compréhension. Laissez votre partenaire s'exprimer sur ce mode, certes, tout à fait agressif et pas du tout acceptable, mais laissez-le au départ s'exprimer, et au fur et à mesure il va baisser le ton. Parce que justement, il se sent écouté et il se sent compris. Parce que très souvent, la colère provient d'un sentiment de ne pas être compris, d'injustice.

En revanche, une fois que la colère est passée, il faut signaler que ce comportement vous fait souffrir. Il ne faut pas accuser, au premier degré, mais on peut quand même, à ce moment-là, trouver une manière d'éviter que, sans cesse, cela se reproduise. Parce que ce n'est pas du tout un mode de communication supportable, la colère.