BFM Business

Comment cette colle française a multiplié ses ventes par 50 grâce à YouTube et Instagram 

-

- - Cléopâtre

Pour fabriquer eux-mêmes du slime (cette substance visqueuse popularisée par le film SOS Fantômes), les enfants utilisent de la colle de la marque française Cléopâtre dont les ventes explosent depuis quelques mois.

Le slime est de retour. Cette substance visqueuse et colorée commercialisée par Mattel dans les années 80 et popularisée par le film SOS Fantômes est de retour. Les enfants raffolent de cette pâte qui fait des bruits peu ragoutants lorsqu'on enfonce son doigt dedans.

Mais le renouveau du slime (qui veut dire bave en anglais), c'est surtout grâce à YouTube et Instagram qu'on le doit. Voilà quelques mois que des vidéos qui expliquent comment confectionner son propre slime ont envahi la toile. Rien que sur Instagram, le hashtag #slime a 5,7 millions d'occurrence et sur YouTube, certaines vidéos de recette du slime cumulent des millions de vues

Une production multipliée par 50!

La recette (un mélange de colle et de tétraborate de sodium) cela fait des années que les bruiteurs de cinéma la connaissent, eux qui utilisent cette substance visqueuse pour des bruitages dans les films comme l'explique Le Parisien. Mais depuis qu'elle a été popularisée sur le web, de nombreux enfants se sont mis à faire leur propre slime. 

Pour le plus grand bonheur de la PME Cléopâtre, un petit fabricant de colle basé en Indre-et-Loire. La marque bien connue par les élèves des années 80 et 90 qui se souviennent de cette colle à l'odeur d'amande a vu ses ventes exploser grâce à cet engouement pour le slime. C'est en effet cette colle qui est utilisée dans la plupart des tutoriaux sur le web. 

-
- © -

Et le patron de cette PME créé dans les années 1930 à Paris est éberlué: "Nous avons augmenté la production de 5.000 % sur les produits liés à la Slime et prenons en ce moment 1 % de croissance par semaine", assure Alexandre Marionnet au Figaro. La société anticipe un bond de 43% de son chiffre d'affaires pour 2017 à 5,8 millions d'euros. La colle utilisée qui était auparavant produite à moins de 1.700 exemplaires par semaine vient de voir sa production passer plus de 71.000 hebdomadaire.

Les modes fugaces des cours de récré

Devant la demande croissante, la grande distribution met en avant les produits Cléopâtre dans les rayons au grand dam de la société qui n'arrive pas à suivre. Une nouvelle machine de production a été commandée mais elle ne sera pas opérationnelle avant un an. L'usine qui comptait une vingtaine d'employés en compte désormais 30.

Cependant, même si l'engouement est très fort depuis quelques mois, Alexandre Marionnet reste très prudent. Le patron de la marque de colle sait très bien que les modes des cours de récré peuvent être très fugaces. Le jeu Pokemon Go avait été un phénomène de société à l'été 2016 avant de très vite retomber. Idem pour le hand spinner, cette toupie dont les ventes avaient explosé au printemps dernier a quasiment disparu des cours de récré. Les enfants se sont depuis remis à jouer aux toupies Beyblade et préfère préparer du slime à la maison. Pour combien de temps encore?

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco