BFM Business

Birkenstock ou montre Seiko, les reliques de Steve Jobs s'arrachent

Steve Jobs arborait en 2011, lors de l'un de ses dernières apparitions publiques sa tenue devenue légendaire, un jean et un pull coll roulé noir.

Steve Jobs arborait en 2011, lors de l'un de ses dernières apparitions publiques sa tenue devenue légendaire, un jean et un pull coll roulé noir. - Justin Sullivan Getty Images North America-AFP

Une paire de sandales allemandes défraîchies vendue à 2.750 dollars ou une montre à quartz japonaise à 42.500 dollars. Ces objets, a priori sans valeur, ont fait, samedi, la fortune d'un Américain qui avait logé le créateur d'Apple dans les années 80.

Certains admirateurs de Steve Jobs ont cassé leur tire-lire pour acquérir aux enchères des effets personnels du créateur de l'iPhone. Les objets ont été mis en vente samedi 20 février aux États-Unis par un ancien logeur du cofondateur d'Apple, lorsque celui-ci résidait dans une maison située à Albany, dans les années 1980. Le vendeur, Mark Sheff, explique avoir collecté tous ces objets après le départ de Steve Jobs de sa maison.

Certains effets personnels ont parfois les allures de reliques vestimentaires. Qui l'eût cru : une paire de sandales Birkenstock (taille 10, pointure 43) dont raffolait le co-fondateur d'Apple, pourtant très abîmées, ont ainsi trouvé preneur à 2.750 dollars (soit environ 2.490 euros) !

Les trois autres lots mis en vente, exposés sur le site Internet de la société chargée de la vente, comprenaient un un pull à coll roulé flanqué d'un logo NeXT, une montre Seiko à quartz et un pack comprenant notamment des cartes de visite, et un stylo Apple. 

-
- © Cette paire de sandales Birkenstock, datant des années 1980, s'est vendue à 2.750 dollars (environ 2.500 euros)

Le pull en taille XL est parti à 7.500 dollars (6.800 euros) tandis que le lot le plus hétéroclite, incluant un stylo frappé du logo multicolore d'Apple, un badge, un avis nominatif de la Poste et une carte de visite datant de l'époque où il était président de Next (la firme qu'il a créée en 1985 après avoir été viré d'Apple) a, quant à lui, trouvé preneur pour 16.250 dollars (14.750 euros).

Mais le clou inattendu de la vente fut une montre Seiko, un modèle pourtant assez commun de la marque japonaise, qui est est partie à 42.500 dollars (38.950 euros).

Les ventes de ces objets personnels en totalisant près de 69.000 dollars sont toutefois loin d'approcher les ventes des premiers ordinateurs Apple dont un des premiers modèles s'est vendu un demi-million d'euros en 2013, lors d'une vente aux enchères. Un des premiers ordinateurs Apple vendus par le cofondateur de la marque à la pomme, Steve Jobs, depuis le garage de ses parents dans les années 1970 a été adjugé 365.000 dollars le 11 décembre 2014 lors d'une vente à New York.

Frédéric Bergé