BFM Business

A la recherche de l'orgasme féminin

-

- - Flickr/CC/www.clubmed.co.uk.

7% des femmes n'ont jamais eu d'orgasme, selon un sondage Ifop de 2006. Chez la femme, le 7e ciel n'est en effet pas aussi facile à atteindre que chez l'homme. Moins mécanique, l'orgasme féminin est conditionné par des paramètres plus cérébraux: lâcher-prise, vécu personnel, confiance en l'autre...

A 41 ans, Stéphanie n'a jamais connu l'orgasme avec un partenaire: "J'ai toujours fait semblant. Je prenais du plaisir, mais je n'ai jamais réussi à aller jusqu'au bout". 7% des femmes en France n'auraient jamais joui, selon une étude Ifop datant de 2006.

"L'anorgasmie est l'incapacité de passer de la phase d'excitation à la phase de lâcher-prise et le plus souvent, c'est un problème psychologique sans pour autant que ce soit une maladie", analyse Christian Jamin, gynécologue.

Car contrairement aux hommes, l'orgasme féminin est plutôt cérébral. "L'orgasme des hommes est beaucoup plus mécanique, c'est un frottement, une excitation, il est rare qu'avec le rapport ou la masturbation, l'homme n'atteigne pas l'orgasme", explique le spécialiste, "les contrôles du lâcher-prise sont impossibles chez l'homme alors que chez la femme, c'est beaucoup plus fréquent".

"La femme a une vision dans le futur de la relation sexuelle"

Selon Christian Jamin, cette différence s'explique en partie par la génétique: "Dans l'inné, il y a la volonté de créer un couple avec un mâle et des petits, la femme a une vision dans le futur d'une relation sexuelle. La contraception n'a pas changé grand-chose à cela alors que l'homme a génétiquement une volonté d'essaimer, et donc on peut peut-être considérer que génétiquement les femmes se protègent du désir par une vision plus long terme des relations".

Christian, 51 ans, a récemment appris que son épouse n'avait jamais l'orgasme avec son premier mari, selon lui, c'est surtout une question de partenaire. Vrai, dit Christian Jamin, "dans l'amour il y a un minimum d'apprentissage, mais on ne se laisse pas aller avec n'importe qui non plus". Il y a effectivement une question d’enjeu, souligne le médecin : "Quand on se fait plaisir à soi-même, c'est relativement facile de lâcher prise, mais dès qu'il y a un enjeu parce qu'on tient à la personne, parce qu'on a peur de la décevoir, là il y a un blocage".

"Avec une éducation très stricte, difficile de lâcher prise au lit"

Et l'éducation joue aussi forcément un peu: "Lorsque vous avez eu une éducation très stricte où on vous explique que les rapports sexuels sont faits pour faire plaisir aux hommes ou pour faire des enfants, c'est vrai que c'est difficile de lâcher prise".

Si le blocage est profond, il peut être judicieux de consulter un spécialiste, conseille Christian Jamin. Mais dans un premier temps, il faut aussi essayer de s'amuser davantage au lit! Cela permet parfois à des femmes timides de se lâcher un peu plus et de réussir à toucher le 7e ciel!

P.B.