BFM Business

60 millions de consommateurs veut aussi lancer son Yuka

60 millions de consommateurs veut se baser sur presque 50 ans d'études produits pour alimenter son appli d'aide au choix pour les consommateurs.

60 millions de consommateurs veut se baser sur presque 50 ans d'études produits pour alimenter son appli d'aide au choix pour les consommateurs. - 60 millions de consommateurs

L’association de consommateurs vient de lancer une campagne de financement participatif pour développer une application qui informerait le consommateur en magasin de la toxicité des produits ménagers, cosmétiques et alimentaires.

Après Yuka et la marque C’est qui le patron, c'est au tour de 60 millions de consommateur de vouloir son appli "conso". L’association veut concevoir une application mobile qui permettrait aux gens, lorsqu’ils font leurs courses, de scanner les aliments, les cosmétiques et les détergents, pour savoir s’ils sont bons pour leur santé. Pour ce faire, 60 millions vient de lancer une campagne de financement participatif sur Kiss Kiss Bank Bank.

Cette appli, qui s’appellera "Mon assistant conso", a clairement pour modèle Yuka, le leader incontesté du secteur avec 12 millions de téléchargements. Mais elle présentera quelques différences notables. Par exemple, Yuka note les produits en se basant uniquement sur leurs étiquettes, donc les données fournies par leurs fabricants. L’appli de 60 millions, elle, agrégera les données issues de ses propres études produit.

Depuis près de 50 ans, "le magazine et l’institut national de la consommation, son éditeur, analysent, testent des produits de la vie quotidienne, décryptent les étiquettes, et alertent les consommateurs sur les produits potentiellement dangereux pour leur santé et l’environnement. Indépendant des fabricants, des distributeurs et des lobbies", rappelle 60 millions dans son communiqué. C’est tout ce travail qui va alimenter le futur "assistant personnel d’aide au choix pour les consommateurs".

Autre différence avec Yuka: l’appli de 60 millions de consommateurs analysera, en plus des produits alimentaires et des cosmétiques, les produits d’entretien. Elle les évaluera en fonction du Menag’score, un système de notation qu’a récemment mis en place 60 millions de consommateurs à l'occasion d'un dossier qui alertait sur la toxicité des détergents.

Pour son premier jour de crowdfunding, l’association a récolté quelques 2.350 euros, sur les 30.000 espérés. La collecte doit servir à financer le développement de l’application, un peu de communication autour d’elle, et à verser sa commission à Kiss Kiss Bank Bank.

Nina Godart