BFM Business

Confinement: les auto-écoles attendent toujours de connaître leur sort

Les auto-écoles dans l'attente

Les auto-écoles dans l'attente - LOIC VENANCE / AFP

Après avoir annoncé un confinement dans 16 départements, le gouvernement étudie au cas par cas le sort de chaque activité économique. Les auto-écoles attendent encore un arbitrage mais espèrent le maintien des cours de conduite. 

"On nous demande d'être patients". Au lendemain des annonces de l'exécutif, confirmant la mise en place d'un couvre-feu dans 16 départements, dont toute l'Ile-de-France, les auto-écoles ne savent pas encore à quelle sauce elles seront mangées. "On a sollicité le gouvernement et on attend la réponse" indique Bruno Garancher, président des ECF, plus important réseau français d'auto-écoles.  

"On a eu ce matin une réunion avec le ministre Alain Griset pour demander d'être considéré comme une activité essentielle" explique de son côté Patrice Bessone, président du CNPA Education et Sécurité routière, qui rapelle que les 16 départements en question englobent 40% des examens.

Même régime que dans le Pas-de-Calais?

La fermeture des agences semble inéluctable, pour éviter les interactions dans les espaces fermés. Mais la poursuite des examens pourrait aussi être actée. Reste à savoir si les cours de conduite seront maintenus. Pour le moment, le gouvernement semble pencher sur un maintien des cours comme c'est déjà le cas pendant le couvre-feu mais aussi pendant le confinement dans le Pas-de-Calais. En réalité, rien n'est acté.

"Il est possible que les décisions soient territorialisées" estime néanmoins Bruno Garancher. En clair, les préfets opteront peut-être pour des décisions différentes en fonction des départements. 

Ce vendredi matin, le porte-parole du gouvernement a surpris en annonçant l'ouverture possible des coiffeurs. Les heures qui viennent risquent d'apporter leur lot de bonnes ou mauvaises surprises.  

Thomas Leroy Journaliste BFM Business