BFM Business

Commerce extérieur: les États-Unis brisent le couple franco-allemand

-

- - Dennis Skley - Wikimedia Commons - CC

Notre voisin allemand a enregistré un excédent commercial record l'an passé de 248 milliards d'euros. Et grande nouveauté: son premier partenaire n'est plus sa voisine française mais les États-Unis.

Cette machine à exporter qu'est l'Allemagne rugit de plus belle. Les marchés émergents, qui représentent 40% de ses exportations, ont beau ralentir, l'Allemagne a encore affiché un nouvel excédent commercial en 2015, selon les chiffres communiqués par l'agence allemande des statistiques ce mardi 9 février. Le chiffre atteint ainsi 248 milliards d'euros, soit encore plus que l'an passé où il ne s'élevait "qu'à" 213 milliards d'euros.

"Quand on prend du recul sur 2015 on comprend que, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, la performance de l'Allemagne est remarquable", commente Frederik Ducrozet, économiste zone euro chez Pictet.

Les États-Unis numéro un

Dans le détail, les exportations ont progressé de 6,4% et les importations de 4,2% par rapport à 2014. Les performances commerciales de l'Allemagne ont été plus dynamiques dans l'Union européenne (+7%) qu'en dehors (+5,6%).

Que l'Allemagne batte des records reste quelque chose de classique quoique impressionnant. Ce qui est plus surprenant, c'est que la France n'est plus le premier partenaire commercial de Berlin.

En effet, selon des données allant de janvier à novembre, ce titre revient aux États-Unis avec 159,4 milliards d'euros d'échanges (exportations+ importations) contre 157,2 milliards d'euros pour la France. Suivent les Pays-Bas (154,7), la Chine (149,4 milliards) et le Royaume-Uni (118,47 milliards d'euros)

Ces données, certes n'incluent pas encore décembre. Mais selon Destatis, le dernier mois de l'année n'est "généralement pas très important" et ne va ainsi pas changer la tendance.

Si la France perd son statut de premier partenaire commercial de l'Allemagne, le couple franco-allemand se porte plutôt bien d'un point de vue commercial puisque leurs échanges ont augmenté de près de 2% sur les 11 premiers mois de 2015 par rapport à la même période de 2014. On notera d'ailleurs au passage que le déficit commercial de la France avec l'Allemagne s'est creusé, passant de 31 à 33 milliards d'euros.

Les exportations vers les États-Unis

Mais en parallèle, la demande des États-Unis pour les produits allemands a été extrêmement forte puisque les exportations en provenance de l'Allemagne ont bondi de 20% sur les 11 premiers mois de l'année. Ce qui fait du pays de l'oncle Sam le premier débouché pour les marchandises allemandes.

"La hausse des exportations vers les États-Unis s'explique dans des proportions similaires par la compétitivité prix et la compétitivité hors prix. La baisse de l'euro joue mais aussi la qualité des biens intermédiaires allemands, qui a ainsi permis au pays de gagner des parts de marché sur des secteurs comme la chimie", explique Frederik Ducrozet.

Reste à voir si avec le ralentissement annoncé de la croissance aux États-Unis et les turbulences qui agitent actuellement les économies émergentes, l'Allemagne pourra encore battre de nouveaux records cette année.