BFM Business

Comment le covid a réveillé le secteur français des produits sanitaires

Le secteur des produits d'hygiène a vu ses ventes progresser avec la crise sanitaire.

Le secteur des produits d'hygiène a vu ses ventes progresser avec la crise sanitaire. - Loic VENANCE / AFP

L'épidémie a évidemment provoqué une explosion de la demande de produits d'hygiène et d'entretien mais permet surtout à un secteur de se créer de nouvelles opportunités après des années de stagnation.

Si la Chine a particulièrement profité de la crise du covid en fournissant à la planète près de la moitié des équipements de protection personnelle (44% selon l'OMC), l'industrie française de l'hygiène et de l'entretien a également tiré son épingle du jeu.

Selon une étude d'Asterès réalisée pour le compte de l'Association française des industries de la détergence (Afise), les ventes de ces produits ont bondi de +155% au printemps 2020 par rapport au début de l'année.
Les produits directement utiles contre le virus comme les gels, solutions hydroalcooliques et produits désinfectants ont évidemment été les plus demandés mais l'épidémie a également dopé la demande pour les savons, les produits désodorisants ou les lingettes nettoyantes qui ont connu une hausse estimée entre 50 et 200%, selon l'étude. Dans le même temps, la production s'est mise au diapason en bondissant de 134% en quatre mois.

Envolée durable de la demande

Désormais, le secteur veut s'appuyer sur cette tendance pour la confirmer et se créer de nouvelles opportunités. Car jusqu'à cette crise, la filière connaissait une croissance plutôt atone voire à la baisse.

En moyenne sur la décennie écoulée, le chiffre d’affaires total du secteur a progressé de 16,1%, de 4,1 à 4,8 milliards d’euros. Dans le même temps, le PIB nominal français a augmenté de 21,5 %. Et "entre 2009 et 2018, la progression de la valeur ajoutée de l’industrie des produits de l’hygiène et de l’entretien a été de 8,2%, soit environ deux fois plus faible que celle de l’ensemble de l’industrie française (16,3%)", peut-on lire dans l'étude, avec un taux d'exportation faible de 11%.

"La crise sanitaire a entraîné une envolée durable de la demande de produits d’hygiène et d’entretien", peut-on lire. Le secteur mise donc sur une confirmation de la croissance de l'activité dans les prochaines années. En juillet, la hausse moyenne de la demande était ainsi de +120% par rapport à la situation d’avant-crise.

"La hausse du chiffre d’affaires de l’industrie des produits d’hygiène et d’entretien est l’occasion de renforcer durablement le secteur. De nouveaux investissements paraissent indispensables pour faire face à une demande accrue, tout en prenant garde au risque de sur-investissement. La recherche et le développement pourraient également faire l’objet de dépenses accrues. Celles-ci permettraient de mieux répondre aux attentes des consommateurs, que ce soit en termes d’écologie ou d’efficacité des produits pour éliminer les bactéries les plus résistantes. L’innovation serait également un moyen d’augmenter les marges, particulièrement faibles dans le secteur", souligne l'étude.

Mieux gérer les stoks

Une des priorités est celle de la réactivité. Si la production pendant la crise a bondi, elle n'a pas pu satisfaire la demande, 9 entreprises sur 10 indiquent n’avoir pas réussi à répondre à l’ensemble de la demande qui leur a été adressée. L'enjeu est donc de mieux gérer les stocks de matières premières et d'emballages qui ont fait cruellement défaut.

L'étude souligne que 60% des entreprises du secteur ont fait appel à de nouveaux fournisseurs pour tenter de pallier aux difficultés d’approvisionnement.

Une autre est celle de l'adaptation produit en renforçant encore les capacités relatives au gel hydroalcoolique. "Environ 70% des entreprises du secteur ont produit du gel hydroalcoolique au printemps 2020. La majorité de ces entreprises en produisaient déjà avant le déclenchement de l’épidémie, l’évolution porte donc plus sur les quantités produites de chaque produit que sur la gamme de production", peut-on lire.

Enfin, cette crise est peut-être une opportunité de doper les exportations hitoriquement faibles dans le secteur (même s'il s'agit d'abord et avant-tout de satisfaire la demande locale). "Les exportations de produits d’hygiène et d’entretien ont augmenté de 4% au printemps 2020. Cette hausse semble faible au vu de l’envolée de la demande. L’épidémie étant mondiale, il est probable que la demande de produits d’hygiène et d’entretien ait augmenté dans des proportions similaires dans les autres pays", note l'étude.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business