BFM Business

Pourquoi les immatriculations de voitures neuves ont une nouvelle fois chuté en février

Au total, 132.637 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France au mois de février 2021.

Au total, 132.637 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France au mois de février 2021. - Jan Woitas / DPA / AFP

132.637 véhicules neufs ont été immatriculés le mois dernier en France, un chiffre en baisse continue depuis 7 mois.

132.637 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France en février, annonce le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Un chiffre en baisse de 20,95%

Cette chute marque le recul, continu depuis 7 mois, des ventes de véhicules neufs dans l'Hexagone. Depuis le début de l'année, cette chute est de 14,24% par rapport à la période janvier-février 2020.

Dacia profite du succès de la Sandero

Le groupe Stellantis, issu de la fusion entre PSA et FCA (et qui regroupe donc désormais les marques Peugeot, Citroën, DS et Opel mais aussi Fiat, Jeep, Alfa Romeo et Maserati) est particulièrement touché, avec une baisse de 25,64%.

Renault, qui possède également Dacia et Alpine, voit ses immatriculations reculer de 22,23%. Avec sa Sandero de 3e génération, 2e meilleure vente depuis le début de l'année, Dacia affiche d'ailleurs une progression de 55,9% le mois dernier.

Un marché déprimé

Mais comment expliquer cette nouvelle chute du marché français en février? Première raison, un niveau des commandes ces derniers mois qui reste assez faible, ce qui mécaniquement fait baisser le nombre d'immatriculations:

Les commandes de voitures neuves sont en baisse depuis le mois d’août 2020, alors que l’année 2019 place la barre assez haute. Le second confinement a bien entendu accentué cette baisse", souligne AAA Data, spécialiste de la donnée automobile.

Dans le contexte de la pandémie, AAA Data précise que la baisse du mois de février 2021 est importante par rapport à 2020 mais également par rapport à la moyenne des mois de février de ces dernières années, qui tournait autour des 160.000 immatriculations. En cause notamment, les loueurs courtes durées, "grands absents du marché en février 2021 avec une baisse de 55% de leurs immatriculations".

Bonne surprise en revanche du côté des particuliers et des flottes (sociétés). "Les particuliers marquent particulièrement leur présence sur le marché des véhicules particuliers neufs (VPN) ce mois-ci avec près de 5 points de plus par rapport à février 2020".

L'occasion en petite forme également

Ce regain des achats de voitures neuves des particuliers s'explique en partie par la méforme du marché de l'occasion, en baisse de près de 8,5% en février (453.407 véhicules immatriculés, contre 495.627 en février 2020).

"La baisse est particulièrement spectaculaire sur les véhicules d’occasion de moins d’un an avec un effondrement de 42% (31.637 immatriculations en février 2021, contre 54.662 en 2020). Cela s’explique notamment par la tension actuelle qui existe dans les réseaux des professionnels sur les véhicules d’occasion récents", analyse AAA Data.

Samuel Kahn et Julien Bonnet