BFM Eco

Ce resto parisien attire les foules avec un burger maison à 2,70 euros

Devant le resto parisien facétieusement baptisé "mangez et cassez-vous", il faut faire la queue deux heures pour manger le burger "le moins cher de Paris" depuis qu'il a fait le buzz sur l'application TikTok.

Depuis quelques jours, pour se procurer le burger autoproclamé le moins cher de Paris, c’est deux heures de queue. La rançon du buzz pour ce minuscule restaurant parisien qui propose cinq recettes de hamburgers à moins de 3 euros.

Tout a commencé fin-juin. Une vidéo paraît sur le réseau social Tik Tok, postée par un certain Victor, qui se filme avec sa copine aller dans un tout petit resto du 11ème arrondissement de Paris manger des burgers à prix imbattables: entre 2,50 et 2,90 euros ! Ajoutez 1 euro pour le cornet de frites, et 1,50 pour un dessert. Le tout fait-maison, et surtout délicieux, à en croire le vidéaste de Tik Tok.

Obligation de faire du volume

Dans une ville où trouver un bon burger à moins de 10 euros relève de la chasse au trésor, la vidéo fait le buzz. Likée près de 90.000 fois, et visionnée "3 millions de fois en 48h" selon son auteur. La notoriété du snack s’accroit encore une semaine plus tard, avec une autre vidéo postée cette fois par le "vlogueur food" -ces youtubeurs qui testent de la nourriture- FlorianOnAir, suivi par 600.000 abonnés.

Dans cette pastille, Florian s’amuse de l’enseigne du fameux restaurant: "Mangez et cassez-vous". Un nom facétieux qui dit le second degré du chef, mais parle surtout de son business model. Pour rentrer dans ses frais avec des prix si bas, le propriétaire, Aniss Messadek, ne peut se permettre de regarder des gens squatter ses tables avec un coca. Il doit faire du volume. Et il y parvient, même si quelques clients se montrent parfois inquiets devant ses tarifs. "Je leur dit ‘si tu veux, tu peux le payer 13 balles, c’est toi qui vois‘", s’amuse le gérant.

À l’en croire, son échoppe ouverte il y a un an parvenait déjà à vendre assez de menus pour rentabiliser l’affaire avant ces vidéos virales. Et le buzz de ces derniers jours ne l’arrange pas vraiment : "ça me fait mal au coeur que des gens attendent deux heures, parfois trois", se désole sympathiquement Aniss Messadek au micro de BFM Paris.

D'où vient la viande?

L’autre secret pour faire de la marge avec des prix de vente si riquiqui: le fait-maison. Le pain, toutes les sauces (sauf le ketchup et la moutarde américaine), les frites, les desserts: tout est fabriqué dans les cuisines de "Mangez et cassez-vous". "La farine, les œufs et l’eau pour le pain sont des matières premières qui ne coûtent pas cher", détaille le chef. Pas question donc pour lui de qualifier les burgers gourmets vendus plus de 10 euros d’arnaque: "Notre coût de production est sans doute plus bas", balaie-t-il.

Mais alors, est-ce que ce burger à moins de trois euros est mangeable ? "Delicieux", selon les testeurs Tik Tok et YouTube. Sur Tripadvisor, c’est plus tranché. Sur 18 avis, 15 jugent le repas "excellent", 1 "très bon" et 2 "horrible", sans demi-mesure. Et les commentateurs conquis ou non tiquent quand même sur la viande dont on ne connaît par l’origine, et le steak "pas épais" ou "pas de qualité boucher".

Tous en revanche louent ce prix, certes plus cher qu’un Cheeseburger de McDo à 1,90 euro, mais sans doute le moins onéreux des "fait maison". Sur le menu, un seul plat pâtit d’un rapport qualité-prix bien moins intéressant: la soupe, vendue 250 euros la portion.

Nina Godart
https://twitter.com/ninagodart Nina Godart Journaliste BFM Éco