BFM Business

Bernard Madoff, auteur d'une vaste escroquerie financière, est mort à 82 ans

Bernard Madoff est mort ce mercredi

Bernard Madoff est mort ce mercredi - Stéphane Chernin - AFP

Condamné à 150 ans de prison pour avoir escroqué des dizaines de milliers de clients, il a fini ses jours dans la prison fédérale de Butner, en Caroline du Nord, selon l'agence de presse AP.

Il était devenu un symbole des dérives de la finance en plein crise financière de 2008. Bernard Madoff est mort ce mercredi à l'âge de 82 ans dans la prison fédérale de Butner, en Caroline du Nord, selon les informations de l'agence de presse AP. Il purgeait une peine de 150 ans de prison pour avoir escroqué des dizaines de milliers de personnes pour une somme totale de 65 milliards de dollars.

Il avait plaidé coupable en 2009 pour avoir monté une vaste pyramide de Ponzi, débutée dans les années 1990, selon lui, et qui se sera étendue à travers 136 pays. L'escroquerie consistait à rembourser l'argent emprunté avec celui de nouveaux contributeurs, à travers une fausse banque d'affaires, devenue une des principales à Wall Street. En parallèle, il proposait aussi des services de courtage parfaitement légaux.

Très précautionneux, Madoff parvint à duper son monde jusqu'à la crise financière de 2008. De nombreux investisseurs ont alors souhaité retirer leurs fonds en gestion, provoquant l'effondrement de la pyramide Madoff, le banquier étant incapable de restituer l'argent.

Steven Spielberg, Kevin Bacon...

Ses deux fils, cadres dans la banque ont finalement alerté les autorités pour dénoncer l'escroquerie. L'un d'eux se suicidera deux ans plus tard, miné par le scandale et visé par des accusation de complicité. Lors de son procès, Bernard Madoff répétera être le seul instigateur, dédouanant sa famille, malgré les suspicions.

Parmi les victimes du système Madoff: Steven Spielberg, Kevin Bacon mais aussi des grandes banques dont BNP Parisbas.

Cette fraude gigantesque sera un séisme à Wall Street, d'autant que des alertes avaient eu lieu des années auparavant, sans effets. Le gendarme américain de la Bourse a été contraint de revoir ses règles, après être passé totalement à côté de cette arnaque monumentale, révélée au coeur d'une des plus grosses crises financières de l'histoire.

En 2020, sa demande de libération pour raisons humanitaires a été rejetée. L'ex-banquier était alors soigné pour une maladie rénale, selon son avocat.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business