BFM Business

Bac Pro: l’attestation de défiance

-

- - Alain Bachellier-Flickr

Une circulaire menace de ruiner les efforts de ceux qui se battent pour réhabiliter le bac professionnel. Mme Vallaud-Belkacem, vous pouvez la faire disparaître d’un trait de plume

Voilà ce qu’écrit notre reporter Dorothée Balsan : «C'est une petite phrase dans une circulaire, mais pour les chefs d'entreprise, c'est une énorme contrainte, qui change tout: "Il revient au signataire du contrat d’apprentissage, du contrat de professionnalisation ou de la convention de stage de demander lui-même une autorisation, auprès de l'inspection du Travail"

Cela veut dire qu'avant de pouvoir embaucher un apprenti ou un stagiaire d'un lycée professionnel, le chef d'entreprise doit demander à l'inspection du travail une attestation qui prouve qu'il est bien en règle avec les 3000 pages du code du travail. Du côté des lycées professionnels, on est catastrophé. Le secrétaire national du syndicat des chefs d'établissement imagine un artisan, prêt à prendre un stagiaire et qui se retrouve avec un risque de contrôle de l'inspection du travail, selon lui, "c'est certain, il va hésiter par deux fois avant de s'engager" Or l'enjeu est énorme: pendant les 3 années de sa scolarité, chaque élève doit faire au minimum 3 stages pour valider son bac professionnel »

En clair, les quelques lignes de cette directive sont en train de tuer le bac pro!

Je me permets d’ajouter quelques lignes, parce qu’en diffusant largement cette affaire ce matin nous avons reçu beaucoup de réactions dans le style "comment? une attestation? en quoi est-ce que ça vous dérange? ceux qui n’ont rien à cacher n’ont rien à craindre, où est le scandale?"

Je veux que chacun comprenne de quoi l’on parle. Imaginez un contrôle routier en pleine nuit. Vous approchez des gendarmes dans l’allégresse ? Et pourtant vous n’avez rien à vous reprocher, mais les clignotants ? Les rétros ? Les phares ? Le permis dans la poche ? La lettre ébréchée sur la plaque ? Et pourtant vous ne menacez personne, vous transportez votre enfant en toute sécurité, mais vous savez que l'amende peut être chère, sans parler des points sur le permis. L’artisan face à l’inspection du travail c’est pareil. Les stagiaires bac pro, il les prenait souvent pour rendre service, c’est ce que nous disent les chefs d’établissement, là il ne va tout simplement plus les prendre; pour garder mon image, il ne va pas faire un détour pour être sûr de rencontrer les gendarmes. Même s’il n’a rien à se reprocher. Ça peut se comprendre ?

Derrière vous donnez un tour de plus à notre terrible Machine à trier, derrière vous cassez un peu plus un système qui marche déjà si mal et tente cahin caha de réparer les injustices d’un système scolaire tellement bon pour les meilleurs, tellement difficile pour les autres.

Mme la ministre il faut être pragmatique en cette matière, regarder le réel, ce qui va se passer, et ne pas rajouter un obstacle dans ce parcours du combattant. La Machine à trier exclue déjà 150.000 gamins tous les ans, ne lui donnez pas de carburant.

Stéphane Soumier