BFM Eco

Avec le confinement, les dépenses de santé ont chuté en avril

Les consultations téléphoniques vont être remboursées dans le cadre de la crise sanitaire

Les consultations téléphoniques vont être remboursées dans le cadre de la crise sanitaire - AFP

Si les dépenses de santé prises globalement ont fortement chuté en avril, les indemnités journalières ont augmenté de 87%, portées par l'explosion des arrêts maladie.

Stoppées net mi-mars par le confinement, les dépenses de santé ont fortement diminué en avril, sauf pour les soins infirmiers, les hôpitaux publics et les arrêts de travail, dont le coût a presque doublé, a indiqué ce lundi l'Assurance maladie.

Après le violent coup de frein observé fin mars, certaines professions ont frôlé la panne: c'est notamment le cas des dentistes, dont les remboursements ont chuté de 94% par rapport à avril 2019, précise la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) dans un communiqué.

Le ralentissement s'est aussi accentué pour les kinés (-80%), les laboratoires de biologie médicale (-38%) et les transports sanitaires (-35%). Chez les médecins, la tendance est restée plus marquée pour les spécialistes (-53%) que pour les généralistes (-28%), qui ont limité la casse grâce aux téléconsultations. Dans les pharmacies, après une phase de "stockage" fin mars, les ventes de médicaments ont baissé de plus de 10% en avril.

Hausse de 87% des indemnités journalières

Seuls à tirer leur épingle du jeu, les infirmiers affichent des remboursements quasi-stables et la facture des hôpitaux publics a même augmenté de 2% malgré l'interruption des activités chirurgicales, quand les établissements privés ont perdu 28% de leurs recettes.

Au milieu de ce marasme sanitaire, une catégorie de dépenses a battu des records: les indemnités journalières ont augmenté de 87%, portées par l'explosion des arrêts maladie, en particulier pour garde d'enfant ou pour les personnes "vulnérables" au coronavirus, qui "ont bondi à partir de début avril", souligne la Cnam.

Dans l'ensemble, les dépenses (corrigées des variations saisonnières) ont reculé de 6,5% par rapport à avril 2019. La tendance sur douze mois a ralenti à 2%, contre 2,8% en mars et 3,1% en février.

P.L avec AFP