BFM Business

Avec l’arrivée du vaccin d’AstraZeneca, quel rôle pour les pharmaciens dans la campagne vaccinale?

Devant une pharmacie qui pratique des tests Covid-19, au Perreux-sur-Marne, à l'est de Paris, le 18 novembre 2020

Devant une pharmacie qui pratique des tests Covid-19, au Perreux-sur-Marne, à l'est de Paris, le 18 novembre 2020 - BERTRAND GUAY © 2019 AFP

La Haute autorité de Santé se prononce ce mardi sur le rôle que joueront les pharmaciens dans la campagne de vaccination. Les professionnels, eux, n'attendent que le feu vert pour contribuer davantage à l'effort national.

Après la distribution de masques puis la réalisation de tests antigéniques, les pharmaciens devraient de nouveau être sollicités pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Invité lundi de l’émission C à vous sur France 5, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a confirmé que ces derniers seraient "mobilisés dans la campagne de vaccination" dès que le vaccin AstraZeneca sera disponible en France.

"Ils vont pouvoir vacciner, évidemment, parce qu'on a besoin d'eux, parce qu'on a un maillage d'officines sur notre territoire qui est extrêmement dense", a-t-il dit, ajoutant que "s'ils ne pouvaient pas le faire jusqu'à maintenant, c'est parce qu'on a des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna qui ont des nécessités de conservation […] qui objectivement rendent très difficile pour un pharmacien de le faire dans son officine, ce qui n'est pas le cas pour AstraZeneca".

Vacciner et approvisionner

Pour autant, les officines pharmaceutiques n’étaient pas totalement mises sur la touche depuis le début de la campagne puisque 6000 d’entre elles assuraient la livraison des doses aux Ehpad. Mais le feu vert de l’Agence européenne du médicament (EMA) pour le vaccin AstraZeneca, plus facile à conserver (entre 2 et 8 degrés) que ceux de Pfizer-BioNTech (entre -60 et -80 degrés) et Moderna (-20 degrès) leur permettra de contribuer davantage à la stratégie vaccinale.

"On attend l’avis de la Haute autorité de santé qui doit se prononcer à 17 heures", explique à BFM Business Philippe Besset, président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF). Il ajoute qu'après avoir réalisé une enquête auprès des profesionnels, 84,5% des pharmaciens sont volontaires pour participer à l’injection des doses directement dans leurs officines. Ce qui permettrait à la fois de désengorger les centres de vaccination et de donner un coup d’accélérateur à la campagne française.

Les pharmaciens devraient en outre jouer un autre rôle, celui d’approvisionner tous les soignants de proximité, à savoir les médecins en cabinet et les infirmiers exerçant à domicile qui pourront à l’heure tour prendre part à la vaccination. "On retrouve un circuit traditionnel, c’est vraiment une bonne nouvelle", se réjouit Philippe Besset qui dit "attendre les consignes et priorisations" de la Haute autorité de santé.

500.000 personnes par jour

Car il faudra prévoir une organisation millimétrée. En étant certains par exemple de pouvoir administrer les dix doses d’un flacon dans les six heures après son ouverture. Mais qu’il s’agisse de l’injection ou de la logistique, Philippe Besset assure que les pharmaciens "sont formés et ont les locaux pour cela".

En témoigne leur contribution dans la campagne vaccinale contre la grippe. "On a vacciné 3 millions de personnes en un mois", détaille le président de la FSPF. Et selon lui, les pharmaciens sont en capacité de vacciner jusqu'à 500.000 personnes par jour contre le Covid-19, à condition bien entendu d’avoir des stocks suffisants. Ce qui est encore loin d'être gagné.

Les doses du vaccin AstraZeneca pourraient arriver dans les officines au cours de la troisième semaine de février. En attendant, les discussions entre les autorités et les pharmaciens se poursuivent. Jeudi, une réunion avec l’Assurance maladie aura pour objet la rémunération des pharmaciens pour leur participation à la campagne vaccinale. Mais "c’est de toutes façons une concertation et pas une négociation. Au final, c’est l’Etat qui décide", conclut Philippe Besset.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco