BFM Business

Airbus: la CFDT juge d'éventuels licenciements "inacceptables"

Airbus va supprimer 15.000 sur 90.000 au sein de la division Avions.

Airbus va supprimer 15.000 sur 90.000 au sein de la division Avions. - LOIC VENANCE / AFP

L'avionneur européen compte supprimer 15.000 postes sur 90.000 de sa division Avions et n'exclut pas d'avoir recours à des départs contraints, selon la CFDT ce mercredi.

Airbus, dont les perpectives se sont largement assombries avec la crise sanitaire et la chape de plomb tombée sur le secteur aérien, s'apprête à se sépare de 11% des effectifs de la division avion. 15.000 postes vont être supprimés sur 90.000, s'inquiète la CFDT dans un communiqué ce mercredi. 5000 salariés français seraient concernés selon la CFE-CGC.

Guillaume Fary, le dirigeant de l'avionneur européen aurait en outre prévenu "ne pas pouvoir totalement exclure des licenciements contraints pour pouvoir parvenir à ce résultat", selon le syndicat. "Inacceptable" pour la CFDT, qui estime que si "la crise que traverse l’industrie aéronautique est très profonde", la reprise est proche, et devrait profiter en particulier au groupe européen.

Un carnet de commande pour 10 ans

En effet, pour le syndicat, la croissance "devrait s’amorcer sur le secteur des monocouloirs où Airbus avec la famille A320 domine Boeing avec un 737MAX à l’arrêt". La CFDT souligne par ailleurs que le carnet de commandes reste bien plein pour les dix ans à venir, et qu'il y a eu "peu d'annulations" pendant le confinement.

Le syndicat s'indigne par ailleurs qu'Airbus refuse l'intervention de gouvernements dans son capital, mais choisisse plutôt de licencier. De son côté, le ministère de l'Économie a d'ores et déjà estimé que ce plan était "excessif".

Nina Godart
https://twitter.com/ninagodart Nina Godart Journaliste BFM Éco