BFM Business

Activité partielle: Laurent Berger (CFDT) réclame "des engagements" pour le maintien de l'emploi

"C'est absolument indispensable pour éviter que (les entreprises, NDLR) bénéficient d'aides publiques et en même temps détruisent les emplois un peu trop facilement", estime Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT

"C'est absolument indispensable pour éviter que (les entreprises, NDLR) bénéficient d'aides publiques et en même temps détruisent les emplois un peu trop facilement", estime Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT - Christophe Archambault - AFP

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a prévenu dimanche que le nouveau dispositif d'activité partielle devait être accompagné pour l'employeur d'engagements en termes de maintien de l'emploi.

"Il faut des engagements en termes de maintien de l'emploi (...) Il faudra que ce soit dans la loi", a invité ce dimanche sur France 3 Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT.

"C'est absolument indispensable pour éviter que (les entreprises, NDLR) bénéficient d'aides publiques et en même temps détruisent les emplois un peu trop facilement, même ceux qui pourraient être sauvegardés", a expliqué le dirigeant, qui était l'invité de l'émission Dimanche en politique.

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a ouvert la semaine dernière une concertations avec les organisations syndicales et patronales pour discuter d'un nouveau dispositif d'activité partielle, différent de celui mis en place au début du confinement pour éviter les suppressions de postes, et dont le principe a été adopté mercredi par le Parlement.

Laurent Berger a raillé le nom de ce futur dispositif, "activité réduite pour le maintien en emploi", dont l'acronyme donne "Arme".

"Appeler un dispositif 'Arme', ça me laisse totalement pantois. Je préfère appeler ça activité partielle de longue durée. Dans le contexte, je ne trouve pas ça très malin", a-t-il dit.

P.S. avec AFP