BFM Business

A quel moment de sa vie se sent-on le moins à l'aise financièrement?

C'est vers la quarantaine que les ménages se sentent le moins aisé

C'est vers la quarantaine que les ménages se sentent le moins aisé - Eric Ward - Flickr - CC

C'est au début de la quarantaine que les Français considèrent que les fins de mois sont les plus difficiles à boucler, si l'on en croit une étude publiée par l'Insee ce mercredi 4 novembre. A l'inverse, les retraités de moins de 75 ans assurent ne manquer de rien.

Les Français sont-ils d'indécrottables pessimistes? Si l'on en croit une étude de l'Insee incluse dans le portrait sociale de la France publié ce mercredi 4 novembre, 6 Français sur 10 (61%) considéraient être "peu à l'aise" financièrement. Une proportion qui n'a pas évolué depuis….1979! En 32 ans, rien n'a donc bougé, malgré la crise de 2008, et en dépit, même, de la hausse de pouvoir d'achat de 20% sur cette période.

Une explication possible est à chercher du côté des "facteurs psychologiques", indique l'Insee. En clair, l'aisance financière étant subjective, les Français ont parfois tendance à se comparer à leurs proches qui peuvent être très bien lotis, ce qui biaise leur jugement.

Un facteur plus terre à terre joue: l'âge. L'Insee a ainsi cherché à savoir à quel moment de leur vie les Français se sentent le plus et le moins à l'aise financièrement, comme l'illustre la courbe ci-dessous.

-
- © -

On remarque que l'Insee donne une courbe sans ordonnée. "Il n'y a pas d'échelle car on ne cherche pas à estimer un niveau d'aisance financière mais des écarts relatifs. Pour cela, seul le profil de la courbe est important", justifie Amandine Schreiber, chef de la division Condition de vie des ménages de l'Insee.

Au final, on note que l'aisance financière diminue au cours de la vie active, jusqu'à atteindre un point bas au début de la quarantaine, avant de remonter progressivement pour atteindre un pic dans les dix ans qui suivent leur prise de retraite. Le creux au début de la quarantaine peut paraître étonnant puisque, comme le souligne Amandine Schreiber, "c'est à cette âge que les revenus d'activités (les salaires ou les traitements pour les fonctionnaires, ndlr) sont les plus élevés".

Des dépenses au maximum

Mais l'explication est assez simple. Si les Français sont au maximum de leurs revenus sur cette période, leur dépenses atteignent elles aussi un pic. Si bien que l'augmentation des revenus ne suffit pas à les compenser.

"Certaine de ces dépenses sont liées aux charges familiales, d'autres sont des dépenses contraintes", poursuit Amandine Schreiber. En clair vers 45 ans les ménages doivent supporter le poids de dépenses familiales plus grandes (notamment dans l'alimentation), avec des enfants plus âgés, parfois même déjà au début de leurs études supérieures. A cela s'ajoute souvent le remboursement de crédits immobilier (appartement, maison individuelle, résidence secondaire...) ou des biens durables (automobile). Ces "contraintes financières s'accentuent et c'est entre 40 et 45 ans que les ménages se sentent le moins à l'aise", note l'Insee.

Enfin, il y a également "un effet d'épargne de précaution", mis en valeur dans une étude de 2006. Les ménages se constituent ainsi un patrimoine ou une épargne de précaution durant leur vie active dans lesquels ils puiseront une fois à la retraite. Ce qui ampute toutefois leur sentiment d'aisance financière lors de la majeure partie de leur vie active.

Les retraités se sentent plus aisés

Voilà sans doute pourquoi c'est finalement lorsqu'ils sont à la retraite que les ménages se sentent le plus aisés, avec un pic vers 70-74 ans. Arrivés à cet âge, les Français puisent dans le patrimoine qu'ils se sont constitués tout au long de la vie et n'ont souvent plus de crédits à rembourser. Ce qui compense la perte de revenus dû au fait que les pensions de retraite sont, sauf cas très exceptionnel, nettement inférieurs au dernier salaire. 

Par ailleurs, les retraités n'ont plus les mêmes dépenses. "Il n'y a par exemple plus de besoins liés à l'activité professionnelle, ce qui se traduit par une réduction des dépenses de transports et d'habillement", souligne Amandine Schreiber.

En fait, une étude des économistes Nicolas Herpin et Christophe Michel de 2012 montrent que les retraités diminuent leur consommation, adoptant un mode de vie plus casanier qui les amène ainsi à moins aller au restaurant et à moins partir en vacances. Ce qui rééquilibre leur budget et explique que leur sentiment d'aisance financière progresse.

Toutefois, la même étude indique que lors des premières années de la retraite, les ménages gardent une consommation élevée. D'ailleurs, juste avant la retraite, ils renouvellent ainsi leurs équipements une dernière fois (télévision, frigo, etc…). D'où cet étonnant pic à 70-74 ans.