× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
Mis à jour le
Le nombre limité d’offres se traduit notamment par le manque d’offres de reprise émanant de l’étranger, ou même extra-régions, selon l'étude de KPMG.
 

Une étude inédite du cabinet KPMG montre que 76 % des emplois ont été préservés par les repreneurs d'entreprises en faillite à la barre du tribunal de commerce, soit près de 30.000 postes sauvés en 2017 et 2018. L'analyse, qui déplore le peu d'offres de reprise en général, a porté sur 95 % des plans de cession survenus entre 2017 et 2018.

Votre opinion

Postez un commentaire